Porn Actu

Leurs accusations de viol font tomber de son piédestal le producteur de BoyCrush

La déferlante #MeToo et #BalanceTonPorc touche aussi l’industrie pornographique gay. On se souvient qu’après avoir été accusé d’agression sexuelle – voire de viol ! – la super porn star Topher DiMaggio a vu les marques qui en avaient fait leur égérie casser unilatéralement leurs relations contractuelles (voir ici et ). Cette fois-ci c’est Bryan Schwandt, le producteur de BoyCrush, un label US spécialisé minets, qui tombe de son piédestal. Après les accusations et appels au boycott des acteurs porno Cole Claire et Justin Stone, il dit quitter le X…

Rappel des faits connus
– Le 23 septembre 2017, la Youtubeuse transgenre Kadence Pinder relate dans une vidéo son viol lors d’un casting au sein d’un label qu’elle citait : BoyCrush.

L’information était restée confidentielle. Le New York Times ne fera ses révélations qui lanceront l’affaire Harvey Weinstein que quelques jours plus tard, le 5 octobre 2017. Tout sera par la suite différent…

– En novembre 2017, Pinder récidive dans ses accusations en les portant chez GayStarNews. Toutefois le nom du studio américain n’est plus cité. Mais les détails sont écrits noir sur blanc. Elle affirme que le producteur l’avait violée sans capote lors d’un casting alors qu’elle était âgée d’à peine 18 ans et qu’elle ne savait pas encore si elle était un gay ou une future trans. Lors du viol, le producteur l’avait insultée, traitée notamment de « pute » et de « gros tas ». Par la suite, bien que soutenue par sa mère, elle n’avait pas voulu porter plainte de peur que ce qui lui était arrivé soit rendu public. Si elle se décidait de parler deux ans plus tard, c’était pour prévenir d’une situation dont elle sait qu’elle n’a pas été la seule à souffrir. En pleine vague #MeToo, l’information est cette fois-ci reprise par les médias mainstream (comme ici).

– Le 21 janvier 2018, la porn star gay Tegan Zayne tweete qu’il a été violé il y a plus d’un an par Topher DiMaggio la veille d’un tournage chez CockyBoys. C’est la première accusation de ce genre au sein de l’industrie porno gay qui fait explicitement référence à #MeToo et à la prise de conscience d’agressions sexuelles qui n’avaient pas ce nom, car s’exerçant dans des milieux où la séduction et le sexe sont considérés – à tort – comment allant toujours de soi.

– La libération de la parole porte ses fruits. Le 8 avril 2018, le modèle Ethan Steele s’en prend directement à BoyCrush et à son producteur. C’est lui qui va véritablement lancer l’affaire Schwandt. Son tweet rend compte d’une domination sexuelle et économique décomplexée :

Durant les tournages, Bryan est plus focalisé sur son propre plaisir que sur les caméras qui filment les scènes. Quand j’ai dit qu’il n’obtiendrait plus de moi des faveurs sexuelles, il a arrêté de me faire travailler. Or j’ai besoin de manger, de payer mon loyer et de me vêtir. Alors j’ai trouvé du travail ailleurs.
Ethan Steele

– Et au début du mois de mai, Cole Claire et Justin Stone ébranlent la défense de Schwandt qui, jusqu’à présent, se contentait de dire que s’il avait bien couché avec des acteurs, ceux-ci étaient tous consentants.

J’ai toujours été nerveux et effrayé à l’idée de parler de ce problème. Je ne le suis plus.
Bryan est un malade, un pervers dégoûtant qui essaye de fourrer sa queue dans les bouches de tous ces nouveaux modèles. Dont moi. C’était en novembre 2015.
Cole Claire

Quant à Stone, il rapporte qu’il a été drogué et alcoolisé sur un tournage avant d’être violé. Et que le producteur l’avait persuadé que c’était normal de coucher avec lui à répétition afin d’être payé pour ses scènes et avoir de nouveaux rôles. Il en est venu à faire un appel à boycott soutenu par Claire :

Je ne m’arrêterai pas, la peur ne m’impactera pas, je serai la voix de tous ceux qui sont trop effrayés pour parler. Ne vous abonnez pas quand mes scènes sortiront. Ne dépensez pas votre argent. Boycottez…
Justin Stone

– Voici la réaction de Schwandt datée du 4 mai :

Je veux établir que ces accusations sont exagérées ou totalement fausses. Je n’ai jamais violé personne. Mais j’ai dirigé la société d’une façon non professionnelle en couchant et en fréquentant des modèles. Je tiens à m’en excuser auprès de tous les modèles que je n’ai pas bien traités à travers les années ou qui ont eu une mauvaise expérience. Je suis sincèrement désolé.
Mon vrai nom et des informations privées ont été rendus publics. Je reçois des menaces de mort. Ces accusations affectent mes employés qui n’ont rien fait de mal. J’ai décidé que le mieux à faire était de me retirer de BoyCrush. Depuis un certain temps je réfléchissais à une nouvelle carrière. Il est temps pour moi de changer…
Pendant ces derniers dix-sept ans, j’ai passé du bon temps dans l’industrie du porno et j’en ai apprécié tous les modèles et fans qui m’ont soutenu publiquement ou en privé. Merci et au revoir.

Et le producteur d’ajouter qu’il laisse les rênes de BoyCrush au réalisateur attitré, Phillip Ashton.

– La réponse de Str8UpGayPorn a été immédiate et suspicieuse : il n’y a aucune raison de croire que cette déclaration sera suivie d’effets tant que Schwandt demeure le propriétaire de BoyCrush, ni même qu’elle soit vraie.
Pourtant la police semble enfin s’intéresser à l’affaire comme l’annonce Stone :

À suivre…

Who’s Who : Bryan Schwandt et les révoltés Kadence Pinder, Ethan Steele, Cole Claire et Justin Stone – Photos : XDR

Tags
Montrer plus

Articles liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
Aller à la barre d’outils