Actus LGBTPinkx

Ruggero Freddi : « L’université La Sapienza ne voit en moi qu’une s***** qui ferait mieux de se consacrer à autre chose. »

Ruggero Freddi avait de quoi se réjouir. L’ex-COLTMan devenu professeur d’université à Rome est l’un des deux héros de La natura è innocente. Due vite quasi vere, le nouvel ouvrage de Walter Siti. Considéré comme « le plus grand romancier contemporain italien », loué pour sa capacité « à faire du roman un instrument d’investigation totale de la condition de l’homme moderne », Siti y raconte une Italie inattendue à travers la vie de l’ex-ColtMan et de celle du matricide Filippo AddamoFreddi, qui a rencontré Siti pour le besoin de son roman, lui a dit qu’il pouvait écrire n’importe quoi sur lui « à la seule condition de livrer un livre extraordinaire ». Au vu des premières critiques enthousiastes en Italie, c’est le cas ! On attend avec impatience sa traduction française.


La joie de Freddi est toutefois contrecarrée par une terrible déception : il s’est fait virer de l’université de Rome La Sapienza. Et il accuse : il a travaillé au noir pendant toute une période, on ne lui a pas versé les montants promis et là on le jette sans lui donner aucune explication, malgré ses demandes répétées au plus haut niveau de l’université :

« Cette situation n’est que le point culminant d’une attitude discriminatoire à mon égard qui a commencé au moment où mon histoire est devenue médiatique. Dès que les journaux ont commencé à s’occuper de ma vie d’ex-acteur porno, l’attitude de l’université a changé à mon égard, les choses se sont soudainement compliquées et je n’ai commencé à me rendre au département que lorsque c’était strictement nécessaire. Désormais, j’ai pris la décision d’abandonner ma carrière académique parce qu’il est évident que malgré le fait que j’ai été diplômé deux fois avec les louanges du jury et que j’ai un doctorat avec la mention  » excellent « , l’université La Sapienza  ne voit en moi qu’une salope qui ferait mieux de se consacrer à autre chose.
Soyons clair. Je n’ai jamais rencontré cette attitude parmi les autres professeurs et c’est grâce à certains d’entre eux si on m’a donné des cours, même après que le monde ait découvert mon passé de « Carlo Masi ». Malheureusement, ceux au sommet ont une attitude diamétralement opposée.
Mes titres académiques montrent que l’université ne pose aucun doute sur ma préparation et mes compétences en tant que mathématicien et en tant que chercheur, mais il est tout aussi évident qu’ils ne veulent pas d’un ex-acteur porno parmi leurs professeurs. Ni de quelqu’un qui refuse de baiser la tête face à des exactions, en l’espèce me faire travailler au noir en tant qu’enseignant et éventuellement ne pas me payer. »

Un homme qui ne doute ni de son savoir ni de ses compétences professorales !

Notons qu’à l’heure où le Coronavirus crée un état de panique en Italie, Ruggero Freddi refuse de sombrer dans le pessimisme absolu. Il attire toutefois l’attention sur la façon dont la recherche est très mal traitée dans son pays.

Tags
Montrer plus

Articles liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
Aller à la barre d’outils