Agenda

Le Covid va t’il mettre en danger la nuit ?

Si tout se déconfine lentement autour de nous, la vie redémarre lentement. Pour le monde LGBTQI+ les marches des fiertés sont annulées les unes après les autres et l’avenir reste incertain pour les bars, les clubs et autres lieux de rencontre si précieux pour la sociabilité. Petit tour d’horizon.

À Washington DC, aux USA, le célèbre bar cuir « The Eagle » et le bar drag et stripper « Ziegfeld’s / Secrets » ont récemment annoncé qu’ils cesseraient définitivement leurs activités. Ce sont les troisième et quatrième bars gays de Washington à fermer récemment.

« Therapy », un bar duplex dans le quartier de Hell’s Kitchen à New York, a fermé ses portes à la mi-mars et a libéré tous ses employés. Le propriétaire Tom Johnson dit qu’il ne rouvrira peut-être jamais, même si la ville le permet à capacité réduite.

Folsom Europe, un lointain souvenir ? Photo DR « Agenda Q »

À Berlin, il est peu probable que le bar lesbien hipster « Silver Future » et le café LGBTQ « Curly’s », tous deux détenus par Paul Graebner, restent ouverts après juillet, même si Graebner a demandé la subvention aux petites entreprises de 5 000 euros et plus de 100 les clients ont fait des dons pour les garder ouverts.

«Un bar vit de la surpopulation, des gens proches, des gens qui peuvent flirter les uns avec les autres», a-t-il dit, craignant que les exigences de distanciation sociale ne tuent le bar, même si elles sont autorisées à rouvrir. «S’ils doivent garder une distance de 1,5 mètre, nous devrons nous demander si cela en vaut la peine.»

Toujours en Allemagne, à Munich cette fois, nous apprenons la fermeture définitive du « Rage ».

Nous avons demandé à un patron de club parisien son témoignage. Il semble, pour l’instant, la plupart des lieux tiennent encore le coup. La majorité des employés est en chômage technique, les aides de l’état fonctionnent ou vont fonctionner et on parle d’une ré-ouverture à prendre quand même au conditionnel, des bars pour le 2 Juin, voire le 15. Tout ça semble vraiment hypothétique, sans doute vaudrait il mieux espérer la mi juillet…voire début septembre.Mais à quelles conditions. Mon témoin, patron d’un bar avec backroom m’explique :

Bien sûr, je pourrais mettre des autocollants de distanciation au sol, des plaques de plexi sur le bar, imposer le masque aux clients et un vestiaire dans des sacs à usage unique pour les clients mais est ce que c’est ça que les gens voudront ? Est-ce imaginable ?

Le monde de la nuit souffre déjà et depuis un bon moment de la concurrence des applis de rencontres qui a changé énormément la donne. Beaucoup de questions restent à solutionner. Espérons qu’elles seront satisfaisantes. En tout cas, toute l’équipe de pink tv est solidaire à 100% avec les établissements et fera tout son possible pour les soutenir, notre site leur est ouvert.

Tags
Montrer plus

Articles liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
Aller à la barre d’outils