Porn Actu

Don à la cause, dénonciation, autocritique… Le X gay US se fait révolutionnaire – Partie 2

Alors que le mardi 9 juin ont eu lieu à Houston les funérailles nationales de George Floyd, les manifestions pour la cause noire et contre les violences policières ne s’estompent pas. La lutte anti-raciste ne vise toutefois pas seulement la police. D’autres institutions et professions font l’objet de critiques. Les langues se délient notamment dans l’industrie du X gay US. De nombreuses voix s’élèvent pour que ça change, car BlackLivesMatter !…

DON À LA CAUSE
Les appels aux dons émanant de porn stars, boîtes de prod et diffuseurs sont innombrables. Beaucoup mettent aussi la main à la poche, comme Josh Moore, Beaux Banks et Cade Maddox.

Certaines porn stars prennent des initiatives plus insolites, comme Zander Lane et Jesse Jackman. Le premier avait annoncé sa retraite en février dernier. Mais il envisage son retour pour donner l’intégralité de son cachet aux causes liées à BlackLivesMatter.

Le second a décidé avec son chéri de soutenir les commerces de proximité tenus par des Noirs. Ils sont allés en couple à la pizzeria Rock City Pizza et c’était délicieux. Ils reviendront.

DÉNONCIATION STRUCTURALISTE
Dénoncer ceux qui se sont dévoilées ouvertement racistes est une chose. Mais ce n’est pas suffisant pour beaucoup. À titre d’exemple, Race Cooper s’est fendu d’une série de tweets qui en disent beaucoup sur le racisme structurel du porno gay US :

« En tant qu’ancien exclusif et directeur de casting pour un grand studio porno gay, je peux affirmer que tous ceux qui dans l’industrie du X gay postent des choses en rapport avec BlackLivesMatter, en particulier Steve Cruz, Adam Robinson ou Tim Valenti, tous vous manipulent. Voici pourquoi :
1 / Chuck Holmes, le créateur de l’esthétique du studio de production porno, était ouvertement raciste. Son nom orne le centre LGBT de San Francisco parce que son esthétique raciste blanche est à la base de l’industrie du porno gay. On ne peut pas réparer ce qu’on n’avoue pas.
2 / J’ai directement éprouvé un racisme structurel continu en tant qu’acteur et producteur dans l’industrie. Des formulaires d’admission demandant avec quels groupes ethniques les acteurs blancs ne voudront pas avoir de relations sexuelles, jusqu’aux emplois que les acteurs noirs auront, emplois qui perpétuent les stéréotypes sur les hommes noirs.
3 / Après avoir été licencié pour mes actions antiracistes, je suis passé à autre chose et j’ai gardé le silence. J’ai vu des alliés et des acteurs noirs blacklistés pour avoir dénoncé le racisme dans l’industrie, ou auxquels on a fait pression pour qu’ils se taisent.
4 / Je veux que tous les studios porno examinent leur propre racisme, ne le défendent pas, ne le déforment pas, mais y réfléchissent. Après, ils pourront agir et changer. Ce n’est qu’alors qu’ils pourront vraiment dire qu’ils travaillent en solidarité avec les communautés noires.« .
Et il finit par cet impressionnant LIES! (MENSONGES!) apposé aux communiqué de Falcon Studios Group / NakedSword soutenant le mouvement BlackLivesMatter.

AUTOCRITIQUE PUBLIQUE
Avec cette vague révolutionnaire qui frappe de plein fouet l’industrie du X gay US, l’autocritique publique n’a plus rien d’exceptionnel. Elle se limite le plus souvent au regret d’avoir accepté un état de fait sans s’y opposer. Elle peut toutefois aller plus loin. PDG de Falcon Studios Group / NakedSword, Tim Valenti a répondu aux accusations de Race Cooper. Il reconnaît le racisme du fondateur du studio Falcon. Il avoue aussi qu’il faut faire beaucoup plus que les améliorations qu’il dit avoir déjà impulsées.


« Permettez-moi de commencer par dire que je respecte Race Cooper pour avoir partagé son expérience de travail chez Raging Stallion. Je crois que des voix comme la sienne devraient être entendues. Car j’écoute afin de mieux travailler. Il est vrai que dans les 50 ans d’histoire de Falcon, le studio a principalement choisi des performeurs blancs. Je ne peux pas excuser les choix de Chuck Holmes ou ceux des vétérans de l’industrie qui dirigeaient cette entreprise avant moi. Mais je peux vous assurer qu’aujourd’hui, en tant que PDG de Falcon, je ne veux pas que cela soit l’héritage de la marque… Tant que je suis le président et le chef de la direction de Falcon / NakedSword, je peux vous promettre que nous n’avons pas et n’aurons jamais de politique écrite ou non écrite concernant la race de nos performeurs. Nos formulaires d’admission des modèles n’incluent pas et n’incluront jamais de questions sur les préférences raciales. Nous ne casterons jamais quelqu’un qui refuse de travailler avec un autre artiste à cause de la couleur de sa peau. J’ai pris des mesures pour diversifier le pool de modèles de Falcon. Bien que nous ayons fait des progrès dans la bonne direction, nous avons évidemment beaucoup de travail à faire. Je m’engage à faire évoluer en permanence la marque Falcon pour inclure davantage d’hommes de couleur, en particulier des hommes noirs, dans toutes nos productions. Bien que nous ne puissions changer le passé, nous le reconnaissons et nous nous engageons dans un avenir meilleur. Mon équipe et moi sommes ici, à l’écoute et nous nous engageons à agir et à continuer de marcher vers l’égalité dans notre industrie et dans le monde. »

Porn star noire multiawardisée, Max Konnor essuie des critiques de plus en plus vives. Des commentateurs lui  reprochent de jouer des rôles stéréotypés de Noir pour un public blanc. Surtout, ils ne lui pardonneront jamais d’avoir accepté de jouer dans un film dont le titre, Black Cock Matter, est perçu comme un dénigrement du mouvement BlackLivesMatter. Konnor s’est pourtant justifié : lorsqu’il avait tourné la scène, il ignorait quel serait le nom du film dans laquelle elle se retrouverait. Et lui même en avait été furieux en le découvrant. Ce titre à beau avoir changé depuis, rien n’y fait : la photos de la jaquette initiale revient constamment sur les réseaux sociaux, comme preuve que la porn star n’est qu’un « vendu« . Le 4 juin sur son Twitter, Konnor reconnaît des fautes. Et son autocritique a une conséquence pour le moins radicale !

« J’ai l’impression d’avoir échoué dans ma communauté. Aucune excuse. Je suis vraiment désolé. À partir de maintenant j’annule tout travail futur pour les studios. Je ne m’attends pas à ce que l’un de vous me pardonne. Je vais quelque peu me retirer et revoir ma stratégie. Mais cette merde doit changer.
Je continuerai de faire du contenu pour les fans pendant cette période. Je ne reviendrai aux studios porno que s’il y a un moyen d’y apporter des changements réels. »
Ses fans ne le jugent coupable de rien !

Tags
Montrer plus

Articles liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
Aller à la barre d’outils