Porn Actu

Décès à 34 ans de Derrick Allen Burts, le « Patient Zeta » qui provoqua en 2010 la panique dans l’industrie du porno US

« À la mémoire de Derrick Allen Burts. Je m’appelle Pearl Santana, je suis sa tante. Mon neveu a perdu la vie de manière soudaine et inattendue… Derrick était un père, un fils, un oncle, un frère, un cousin, un neveu, un petit-fils, un ami, etc. il était aimant. Nous recherchons de l’aide pour les frais de ses obsèques. Nous ne savons pas encore si nous allons l’enterrer ou l’incinérer, mais toute aide est grandement appréciée. Merci et que Dieu vous bénisse tous d’avance. » Ce décès et cet appel aux dons lancé le 29 janvier 2021 n’a suscité aucun écho de la part de l’industrie du X jusqu’à ce que le 22 octobre dernier MenOfPorn fasse le lien avec un ex-acteur porno US.

Tournant dans le gay sous le pseudo de Derek Chambers et dans l’hétéro sous celui de Cameron Reid, Burts est surtout connu pour avoir été le « Patient Zeta ». Celui dont la séropositivité révélée en octobre 2010 avait créé la panique. Flashback sur une époque où la PrEp n’existait pas.

En 2010, le X gay et le X hétéro appliquent alors aux USA des protocoles différents afin d’éviter des contaminations VIH sur les tournages. Dans le gay, la règle est le port de la capote. Dans l’hétéro, le préservatif est certes absent, mais il est imposé aux acteurs des tests VIH et IST mensuels. Une infection à une IST vous met en quarantaine. Une infection au VIH vous interdit à tout jamais de faire des films. Beaucoup d’actrices refusent de travailler avec des acteurs « crossover » (c’est-à-dire ceux qui font à la fois du gay et de l’hétéro) parce qu’elles sont soupçonneuses vis-à-vis du X gay qui, même s’il impose en principe la capote, n’exige aucun dépistage. L’exemple que ces actrices ont toutes en tête est celui du « Patient Zeta », dont ont apprendra qu’il s’agit de l’acteur « crossover » Derrick Allen Burts. L’annonce de sa séropositivité en octobre 2010 avait provoqué l’arrêt des tournages et des mises en quarantaine. Burts affirmera en outre avoir été infecté à cause d’une fellation lors d’une scène gay avec préservatif. Il accusera aussi les centres de tests d’inefficacité : des mois avant qu’il n’apprenne sa séropositivité au VIH, il avait déjà attrapé lors de ses tournages la chlamydia, la blennorragie et l’herpès. De quoi accentuer un vent de panique…

Une filmographie gay qui s’annonçait prometteuse : des débuts dans l’amateur chez RealGuysExposed très vite suivi par un duo chez JetSetMen : il se faisait baiser par le beau, viril et roux James Jamesson.

Advertisement

Blacklisté dans l’hétéro, Burts fut aussi déconsidéré dans le milieu du X gay : on le percevait comme un mytho : la contamination au VIH n’avait sûrement pas eu lieu à cause d’une fellation sans capote disait-on. Et les uns et les autres de rappeler sa carrière parallèle d’escort. De là aussi à dire que ses activités extra-porno étaient aussi à l’origine des autres IST qu’il avait contractées.
De sa courte – et traumatisante – expérience dans l’industrie du porno, du peu de soutient que celle-ci lui a apporté, Burts s’était très vite tourné vers la AIDS Healthcare Foundation. Il fut d’ailleurs l’une des personnalités mises en avant par la fondation pour témoigner de l’urgence d’imposer dans les tournages la capote et toutes autres mesures afin d’empêcher la contamination au VIH et aux autres IST.

RIP

Montrer plus

Articles liés

Bouton retour en haut de la page