Énorme et déconcertant ! Alors qu’on ne sait pratiquement rien de l’emblématique TitanMan Dred Scott, ni sur son passé ni sur ce qu’il est devenu, l’ex-porn star gay hollandaise Rick Hollander (50 ans) fait une révélation qui laisse perplexe : il a été contaminé au VIH en ayant des relations sexuelles non protégées – et sous l’emprise du crystal meth – avec Dred Scott, « son idole ». Ça a dû se passer en marge du tournage de « Gorge » en 2001/2002 qui les avait tous les deux réunis. Si Hollander balance, il relativise : « Quand j’ai eu le VIH, j’étais vraiment soulagé. Je n’avais plus à avoir peur car je l’avais déjà. » Sic.

Rick Hollander avec Ivan Andros en 2001 dans le cultissime Unter Männern, la production Cazzo qui a lancé sa carrière de porn star internationale. Auparavant, le Hollandais était un gogo réputé pour la grosseur de sa bite ! – Photos : Cazzo Film Berlin

Depuis la publication de son livre #Tina : mijn affaire met Crystal Meth, Rick Hollander (de son vrai nom Rick Verhagen) fait un spectaculaire comeback médiatique dans son pays et en Flandre. Comme le titre de l’ouvrage l’indique, son témoignage est un réquisitoire contre une drogue qui a failli plusieurs fois le tuer et qui fait aujourd’hui des ravages chez des gays de plus en plus nombreux à pratiquer les « chemsex parties » (lire le cri d’alarme de Kayden Gray). D’ailleurs là aussi Rick donne des noms, dont celui de l’acteur porno gay Michelangelo Risi. C’était en 2001 à Los Angeles : « Il a sorti une pipe de son sac dans le motel. J’étais en Amérique pour la première fois, je n’ai pas dit non. Quelqu’un aux reins solides aurait peut-être refusé. Moi j’étais faible. Je n’avais absolument aucune estime de moi-même. Je ne m’aimais pas. »

#Tina : mijn affaire met Crystal Meth est aussi plus largement une autobiographie où Rick évoque sa fragilité psychologique qu’il explique par une enfance malheureuse auprès de parents qui n’avaient pas le temps de s’occuper de lui et de camarades de classe qui le harcelaient parce qu’il était roux et efféminé. Rick raconte également son ascension dans le monde de la nuit où il carburait aux stéroïdes, aux drogues et au sexe. Il précise d’ailleurs que sa carrière porno aux USA – 24 cm ça aide ! – a pâti de sa consommation de crystal meth : « J‘ai tourné pour le réalisateur Chi Chi LaRue qui est le Hugh Hefner du porno gay. Mais Tina active vos propres fantasmes, et ceux-ci n’écoutent pas les réalisateurs. » Ce sera une énième overdose qui le convaincra de tout arrêter : le meth et le porno.

L’auteur en dédicace… – Photo : Instagram

Sorti en février 2017, #Tina : mijn affaire met Crystal Meth n’est malheureusement toujours pas traduit en Français. Tout ce qu’on sait de son contenu vient d’articles que les médias néerlandais et flamands ont consacré à l’autobiographie, comme ici et . Sans aucun doute contient-elle d’autres révélations choc. Et peut-être nous apprend-elle ce qui est advenu de Dred Scott…

Rick Hollander et « son idole » Dred Scott lors du tournage de Gorge, un film Titan où les préservatifs étaient de rigueur devant les caméras… – Photos : TitanMen

Share