Lorsqu’en 2014 nous avions évoqué le comeback d’Enzo Rimenez, c’était plus un désir voulant devenir réalité qu’une certitude. Or, depuis 2015, le très séduisant Français tourne épisodiquement chez MenAtPlay et CrunchBoy. Le plaisir de le retrouver toujours au top dans « Légendes du X » en avait fait légitimement l’un des nommés dans la catégorie meilleur actif des « PinkX Gay Video Awards 2016« . À l’occasion de la diffusion ce mardi soir sur la chaîne de son excellent duo dans « Du porno made in France » de Crunchboy, il se livre ici et maintenant… 

En relisant tes précédentes interviews, on apprend que tu as fait tes débuts dans le porno juste pour accompagner ton boyfriend de l’époque, le très joli blond Angel Tyessen.  Est-ce le porno qui a précipité votre séparation ?
Oui, à l’époque je l’accompagnais sur ce qui allait être mon premier tournage avec Menoboy, « Dérapages », volant un peu la vedette aux acteurs présents en tournant cinq scènes en cinq  jours. Le pense que le porno nous a effectivement éloignés. Je rencontrais un succès qui me montait facilement à la tête et lui, il en devenait très jaloux.

Êtes-vous toujours en contact ?
Bien sûr. C’est une personne qui compte beaucoup pour moi.

Ton type de mecs, est-ce toujours les très jolis blonds aux yeux bleus ? 
Du tout lol Je pencherais plutôt pour les barbus de 40 ans dans les 90/100 kg musclés. Le type bûcheron canadien.

Enzo Rimenez à ses débuts X avec Jess Royan et Angel Tyessen – Photos : Dérapages / Menoboy

Lors d’une autre interview, tu évoquais ton désir de prendre ta retraite du porno en ces termes : « Je commence vraiment à avoir des envies de monsieur tout le monde, « métro boulot dodo », une maison de campagne, deux chiens et chats, peut-être des poules et un potager lol mais surtout avoir un héritier qui ne portera pas le nom de Rimenez, mais le vrai nom de son papa. » Tu as d’ailleurs fait un break d’environ deux ans. Ton comeback doit-il s’interpréter comme le constat lucide que tu n’es pas fait pour la vie rangée de « monsieur tout le monde » ? T’y es-tu quand même essayé ?
Je doute surtout dans mon cas qu’on puisse parler de comeback. J’ai une vie paisible actuellement et si je n’ai pas d’enfants, j’ai tout le reste. J’ai juste refait quelques scènes pour le fun, pour Jess quand il me l’a demandé, et pour MenAtPlay, qui propose des scènes de qualité. Je suis bien fait pour la vie de tous les jours. Le seul constat lucide est qu’Enzo à un pied dans la tombe…

(Rires.) Y a-t-il quand même des prods ou des acteurs avec qui tu aimerais tourner ?
Je pense vraiment être arrivé au bout. Ça fait dix ans maintenant qu’on entend parler de moi. Il faut faire place à la nouveauté.

Denis Vega, l’acteur porno préféré d’Enzo Rimenez, a été en 2016 son partenaire dans Rough Trade, une scène de MenAtPlay…

Peux-tu nous décrire ta relation avec Jess. Vous aviez tourné ensemble chez Menoboy, tu lui as donné un coup de pouce quand il a créé CrunchBoy et ton actuel retour passe notamment par lui.
Jess… On va dire à la base que je me qualifie comme une personne entière, vraie et honnête, et que j’ai vu en Jess ce même type de personnalités. C’est un mec vrai, sincère, qui sera là pour aider ses amis. C’est un bosseur. J’ai du respect pour ce qu’il fait. Il m’a sorti de la galère plus d’une fois. C’est un gars avec un énorme cœur, du plomb dans la cervelle mais malheureusement aussi, trop gentil avec des personnes qui se servent de lui. Les acteurs Crunch ne sont pas trop dans mes délires, mais on s’en fout, c’est Jess. Je le fais pour lui autant que lui le ferait pour moi.

À notre connaissance, tu n’as tourné aux USA que pour Titan et dans deux films, « Intuition » et « Exposed ». Pourquoi seulement avec Titan et si peu de scènes aux USA ?
Titan, c’était un rêve pour moi, une consécration.  Je voulais finir par les plus grands, c’était le deal que je m’étais fixé : je fais Titan et j’arrête. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait pendant 2 ans. J’aurais pu en faire d’autres, je pense même que je pourrais à nouveau aujourd’hui, mais bon, stop ! Place à la nouveauté comme j’ai dit…

Le beau Français aux USA avec Amir Roddero dans Exposed de TitanMen…

Parmi les films que tu as tournés, quel est celui où tu te trouves le mieux ?
Aucune idée. Pour être franc, je n’ai jamais regardé une de mes scènes…

Quel regard portes-tu sur l’évolution du porno gay entre tes débuts et aujourd’hui ?
Je trouve que le porno a sacrément baissé en qualité. Mais en même temps c’est normal, avec Internet et tous les sites gratuits. Les productions deviennent de moins en moins rentables et ne veulent pas perdre de temps en scénario, accessoires, lieux, etc… Les mentalités ont également évoluées avec l’arrivée du chems sex, du bareback, et de toutes les pratiques hard…

Quel conseil donnerais-tu à un jeune qui voudrait tenter l’expérience du X ?
Ça ne vaut pas le coup, il y a trop de retombées négatives, ça pourrit une vie.

Un dernier message pour les spectateurs de PinkX ?
Oui, bien sûr. Je déteste toujours autant qu’on m’aborde pour me parler porno surtout quand je suis entre amis lol 😉 Protégez-vous toujours, attention avec le Prep ! Sujet sensible ! Attention au chems sex, bordel ! Ne tombez pas là-dedans ! Et une info de taille : je n’ai aucun compte Facebook, Twitter, Instagram ou autre, et n’en aurai jamais sous le pseudo Enzo Rimenez. Il y a actuellement un compte Twitter qui se dit officiel @EnzoRimenezXXX. Or ceci n’a rien d’officiel et j’invite toutes les personnes à dénoncer ce compte qui utilise mes photos perso. Merci.

Enzo Rimenez avec Tonio Crunch pour un plan sling dans  » Du porno made in France » diffusé ce soir sur PinkX et toute cette semaine sur la live TV de PinkX.FR. Disponible dès 1€99.

Share