Comédien, mannequin et chanteur, le Brésilien Lucas Lucco (26 ans) est surtout un magnifique spécimen de mâle. Son physique hyper sexué – genre porn star gay – ainsi que son célibat donnent évidemment lieu à des rumeurs persistantes sur sa sexualité. Rumeurs qu’il a essayé de faire taire l’année dernière en affirmant au magazine WOW : « Non, je ne suis pas gay ». – Photos : Brunno Rangel pour WOW

« Paraíso », son duo tubesque avec sa compatriote drag-queen Pablo Vittar et le clip hyper-sensuel qui en résulte relancent toutefois les rumeurs, avec son cortège habituel d’insultes homophobes.

Insultes auxquelles Lucco vient de répondre : « En cette année 2018, je veux être sans étiquette, sans genre. »  Hum… Une ambiguïté qui a comme un air de déjà entendu. Combien de fois n’avons-nous pas vu des icônes du star-system évoluer dans leurs déclarations jusqu’à reconnaître au final leur homosexualité ? Alors, à quand le coming-out du beau tatoué Brésilien ?

Hoje você vai embora
Só se eu deixar
Hoje embaixo do lençol
O bicho vai pegar

Te pego de jeito
E se pegar fogo, deixa queimar
Te beijo gostoso
Eu tiro sua roupa, te levo pro paraíso

E eu vou, eu vou, eu vou, eu vou
Te levo pro paraíso
E eu vou, eu vou, eu vou, eu vou
Direto pro paraíso

Te levo pro paraíso
Direto pro paraíso

Diz o que « cê » quer de mim
Provocou e eu quero sim
A noite toda, a noite toda sim
Sabe que eu gosto assim
Hoje eu vou até o fim

Me chama, implora o meu amor
Me acende que eu quero sentir calor
Me chama, implora o meu amor
Se me chama eu vou, se me chama eu vou

E eu vou, eu vou, eu vou, eu vou
Te levo pro paraíso
E eu vou, eu vou, eu vou, eu vou
Direto pro paraíso

Te levo pro paraíso
Direto pro paraíso