Le 17 mai dernier, Taron O. Webb est décédé des suites d’un cancer, chez lui, dans la banlieue de Chicago. Il n’avait que 32 ans. Sous le pseudonyme de Pimp, il fut au milieu des années 2000 l’un des modèles de FlavaWorks, un studio américain spécialisé Blacks et Latinos. Par la suite, il œuvra dans le milieu associatif, s’engageant dans la lutte contre le sida et la cause LGBT.

Sous le pseudo de Pimp, T  Photos : FlavaWorks

Sous le pseudo de Pimp, Taron a principalement tourné en 2004-2005 pour le studio FlavaWorks…
Photos : FlavaWorks

La vie n’a pas été un long fleuve tranquille pour Taron. Avant de se faire un nom dans le porno, il avait accordé en 2003 une bouleversante interview :
« Enfant, j’avais l’impression de n’avoir personne à aimer, alors j’ai traîné dans la rue. Adolescent, j’ai commencé à avoir des relations sexuelles (avec des hommes et des femmes), j’ai fait des fugues, j’ai été interné par trois fois dans un hôpital pour troubles mentaux. Ce n’est qu’à l’âge de 17 ans que j’ai su ce qu’était l’amour quand ma fille, Janelle, est née. »
Père célibataire, Taron dut faire face un an plus tard à l’annonce de sa séropositivité.
« On m’a testé séropositif en décembre 2001, alors que j’avais 18 ans. Dieu merci, Janelle était séronégative. Je n’en parlais à personne, je n’allais pas chez le médecin. Je n’arrivais plus à manger et je restais dans ma chambre. Quand les gens me demandaient ce qui m’arrivait, je mentais en disant que tout allait bien. »
Quatre mois plus tard, son oncle décédait à 26 ans. Il avait le sida.
« Cela m’a convaincu d’aller chez le médecin. J’ai pris des médicaments et commencé à bénéficier de conseils. Deux jours après les funérailles de mon oncle, je l’ai dit à ma famille. J’avais si peur qu’ils me traitent différemment, mais ils m’ont enlacé et aimé plus que jamais. »
Entre ses engagements associatifs, ses douleurs et maux dont il ignorait s’ils étaient liés aux traitements, au VIH ou à autre chose, Taron parlait aussi de son désir d’avoir un homme qui l’aimerait totalement. Et à la fin de l’interview, il témoignait de sa foi. Il croyait que tout ce qu’il endurait, Dieu le transformait en force du bien. Sa mission : « Tout faire pour arrêter la propagation du sida et du VIH et donner de l’espoir à ceux qui vivent avec. »

Toujours ouvert, son Facebook rend compte d’événements heureux dans les années qui ont suivi : sa première rencontre avec un certain Mike, leurs fiançailles et leur mariage le 21 janvier 2012 ; la remise du diplôme de sa fille, la prunelle de ses yeux… Par contre, il n’y a quasiment rien sur sa période porno. Regrettait-il en particulier les deux scènes tournées sans capote ? Compte tenu de sa séropositivité et de ses combats, on ne peut qu’être interloqué et se dire qu’il doit y avoir une erreur.
Son Facebook fait autrement mention de ses hospitalisations de plus en plus fréquentes et de ses reproches, à peine voilés, à l’encontre de son époux absent. Sa foi est toutefois demeurée inébranlable :

La vie est dure et peut devenir très déprimante quand on voit son corps se détériorer, qu’on va d’opération en opération, ce dautant plus quand on le fait tout seul, sans personne pour vous soutenir. Mais toujours je lève mes mains pour remercier Jésus Christ. Je te remercie pour ce que tu m’as donné, merci pour être mon Dieu et mon guide. Au nom de Jésus Christ, le paradis est ma destination finale. Oh, merci.
Taron O. Webb, le 4 mai 2014

Sous le pseudo de Pimp, T  Photos : FlavaWorks

(1er novembre 1982 – 17 mai 2015)
Photo : FlavaWorks