Exceptions faites de reconversions dans le monde du clubbing, de la mode… et des arts, ceux qui ont été des stars du porno taisent généralement leur passé à leur employeur et collègues. Mais tout le monde le sait : un jour ou l’autre le passé ressurgit. Les conséquences peuvent être terribles comme dans le cas révélé ce week-end par le Midi Libre : un surveillant d’un lycée de Nîmes – dont l’identité est gardée sous silence – vit l’enfer depuis qu’un élève l’a outé…

Ex-porn star gay française qui affiche au compteur une cinquantaine de films principalement tournés aux États-Unis de 2004 à 2011, il a quitté Paris après avoir dépensé tout ce qu’il avait gagné – 1 500 euros la scène à l’époque ! – et s’est installé dans le Sud de la France pour reconstruire sa vie loin du X. Ce poste de surveillant dans un lycée lui convient. Mais à cause de l’outing d’un élève, le malheureux est insulté, menacé et, selon ses dires, poussé à quitter son poste par le chef d’établissement. Mais il s’insuge :

Je ne peux pas quitter mes fonctions de cette façon. Je n’ai rien fait de mal et je ne peux pas me permettre de perdre mon emploi et me retrouver dans la précarité.

Très perturbé, il a été en arrêt de travail pendant quelques jours. Il peut heureusement bénéficier du soutien du syndicat CGT Educ-action qui demande au rectorat « une protection immédiate » compte tenu des propos et attitudes à « caractère explicitement homophobe« .

Attention : La photo qui vient illustrer l’article n’est aucunement celle de l’ex-porn star. On ignore de qui il s’agit, même si on se dit qu’il n’y a pas eu tant de Français qui ont fait une belle carrière porno aux USA de 2004 à 2011. Si le nom est un jour révélé, on se dira :  » Bien sûr !« 

Mise à jour : Dans un article de Têtu daté du 26 janvier, l’ex-porn star s’est entretenue à visage découvert. Il s’agit de Matthieu Paris. « Bien sûr ! » Profondément marqué par ce qu’il lui est arrivé, il se sent aujourd’hui galvanisé par tous les messages de soutiens qu’il reçoit, notamment d’élèves et de collègues.

Matthieu Paris fut exclusif des prestigieux studios américains Raging Stallion. Mais ses performances anales spectaculaires qui le firent surnommer « LE fisté de ce début du 21e siècle » ont aussi été sollicitées par d’autres labels comme Hot House, TitanMen, Dark Alley Media (USA), Cazzo Film Berlin, Wurstfilm (Allemagne), Citebeur, Crunchboy, Galago Films, DarkInk (France), Bulldog XXX (Royaume-Uni), Jalif Studios (Espagne) – Photo : Raging Stallion Studios