Ce soir sur PinkX est diffusé « Serial Sneaker 4 »,  une hymne au fétichisme du pied mais aussi à la baise hard entre lascars TTBM. Le réalisateur des cinq scènes n’est autre qu’un des acteurs, Fred Sneaker. Un nom aujourd’hui incontournable dans la communauté des sneakers gays…

 

fiche-FredSneaker

Fred, comment expliques-tu ton évolution et tes succès dans le X gay français ? En moins de cinq ans, L’acteur X – très bien monté !!! – que tu étais chez Darkcruising est aussi devenu réalisateur au sein de son propre label Sketboy.
En réalité j’ai commencé le porno en 2004 dans une petite prod amateur orientée skets/sneaker aujourd’hui disparue.  Ce n’est qu’en 2007 que j’ai été découvert par Citebeur qui lançait alors le label Darkcruising pour lequel j’ai tourné dans quatre films dont un film sneaker et une vingtaine de scènes. J’ai ensuite tourné logiquement pour Citebeur dans la série de trois DVD Lascars en force. J’ai tourné pour d’autres labels français mais rien d’inoubliable 🙂  Il y a bientôt 3 ans, le patron de Studio Presse, Stéphane, m’a proposé de gérer mon propre label sneaker. J’ai réalisé à ce jour huit DVD dont la série des Serial Sneaker que vous diffusez sur PinkX et qui s’est exportée jusqu’au USA. J’ai la chance d’avoir travaillé avec des pornstars comme Jordan Fox ou Mathieu Ferhati et lancé de nouveaux acteurs comme John Latino ou Marshall Paxton. Suite au succès du site Sketboy, on m’a confié de relancer Hotcast qui, à l’époque, avait été précurseur dans la téléréalité X gay. J’ai réalisé Hotcast 3 ainsi que deux autres DVD sous ce label.

Deux découvertes de Fred Sneaker. En haut : John Latino… qui est son petit ami. En bas  Mathieu Ferhati Photos : Hotcast et Sketboy

Deux modèles lancés par Fred Sneaker. En haut, John Latino… qui est son petit ami. En bas, Mathieu Ferhati
Photos : Hotcast et Sketboy

Et en plus, tu es organisateur de soirées, notamment au Code à Nice.
Oui. En parallèle, j’organise depuis deux mois maintenant des soirées au sex-club le Code à Nice. Je suis très content de l’accueil qui m a été réservé et je compte organiser avec l’équipe de la Sneakweek un week-end sneaker les 13 et 14 juin pour l’élection de Mister Sportswear Paca.

Comment définirais-tu la communauté des sneakers gays ? Le terme communauté est-il d’ailleurs adéquat ?
Je ne me suis jamais senti comme appartenant à une « communauté ». Au risque de décevoir beaucoup de monde, je ne collectionne pas les skets et je ne suis pas à l’affût de la dernière paire de Tn’s. Je suis quelqu’un de discret et qui sort peu dans les soirées ou rassemblements sneaker. C’est peux être ça qui a fait qu’aujourd’hui je suis encore là et que je n’ai pas lassé mon public. Pour répondre à ta question, oui il existe une communauté sneaker mais je ne pense pas en faire partie. Les plans sneaker pour moi c’est un kiff perso.

Cette communauté réunit-elle surtout un public de moins de 40 ans ?
Non. Il y a beaucoup de mecs, la quarantaine, qui kiffent se looker sportswear et qui kiffent le trip. On va dire que c’est un kiff comme un autre et qu’il n’y a pas d’âge pour kiffer sniffer une sket 🙂

Est-ce un trip surtout franco-germano-britannique ?
Je dirais que ça vient surtout de chez les Allemands. Là-bas la liberté sexuelle est réelle et personne ne te jugera parce que tu te lookes en survet ou que tu sniffes des skets ou des cho7 dans un plan. En France on est tellement sur le jugement.

Cette communauté est-elle plus techno que hip-hop ?
Je suis Dj depuis quinze ans, alors moi c’est musique électronique. Je déteste le rap ou le R’nB, mais beaucoup de mes amis aiment ça.

Et la pop ?
Oui, on est gays avant tout. Pour moi c’est Madonna 🙂

Un sneaker gay est-il « programmé » pour devenir un fétichiste du pied ?
Je ne comprend pas trop la question, mais perso je sais que j’ai toujours aimé sniffer des cho7 ou des skets, même quand j’étais ado. Moi, les pieds (nus ou en cho7) d’un mec ça me rend dingue. Je ne peux parler que de mon expérience personnelle et pas pour les autres. Chacun a une approche différente et le trip est tellement vaste. On ne peut pas réduire le sneaker au fétichisme du pied. Certains kiffent le look, d’autres la sape, le trempling, les odeurs ou pas. Je ne peux pas résumer le trip sneaker en quelques phrases.

Fred et Yo Tidragon dans Les Plans perso de Fred Sneaker Photo : Sketboy

Fred et Yo Tidragon dans Les Plans perso de Fred Sneaker
Photo : Sketboy

Bien. Revenons aux films. Sur quoi travailles-tu actuellement ?
Je viens de boucler le prochain DVD Sketboy qui sera centré sur Mathieu Ferhati et avec de tout nouveaux acteurs.

Un nouveau rôle ?
Pour le fun j’ai fait une scène pour mon pote DomiAddict qui a fait son entrée en fin d’année dernière sur notre réseau. C’était marrant de repasser devant la camera dirigée par un nouveau réalisateur plein de talent.

De futures réalisations ?
Je prépare un DVD entièrement tourné en extérieur. Je suis dans le sud, faut profiter 🙂 Et je prépare également mon tout premier film scénarisé autour de l’univers sneaker. Mais chuuut c’est un secret 🙂

Et je sais que tu as d’autres soirées…
Vu le succès des soirées sneaker du mardi, le Code m’a confié également le mercredi. J’ai lancé un nouveau concept. Touze exhib! Une soirée où tu es soit à poil, en calbut ou jock entre autres et il n y a pas de portes aux cabines. De plus nous disposons d’un hammam qui exceptionnellement ce soir-là est en marche. En deux semaines ça cartonne et c’est ultra cho. Les mecs se lâchent.

Je l’imagine très bien 🙂 À côté de toutes tes activités liées au sexe, fais-tu d’autres choses, professionnellement parlant ?
Depuis que je suis aux commandes de Sketboy, pas vraiment. Ca me prend tout mon temps. Sinon je suis Dj depuis plus de quinze ans. J’ai mixé pour beaucoup de soirées gays et même mixé pour plusieurs radios dont G One.  Et je viens tout juste de reprendre les platines après deux ans d’absence.

À part les skets et le sexe, as-tu d’autres passions ?
La musique électronique justement. Mixer reste un moment de détente pour moi. Sinon j’adore voyager. J’ai la chance depuis quelques années de pouvoir bouger à New York, Miami, l’Espagne ou encore la Guadeloupe.

Fred Sneaker est justement parti le lendemain de son interview pour un voyage sous les tropiques…