Ce soir sur PinkX, revisitez vos classiques avec « Toy Stories » version UKHotJocks. Jeux de godes et modèles hot sont au programme de ce film percutant dont l’un des réalisateurs n’est autre que la star du porno britannique J.P. Dubois. Mais,  J.P. Qui es-tu ?…

01-fiche-JPDubois-Septembre2014

J.P., pourrais-tu nous éclairer sur l’origine de ton pseudo ? C’est un nom français. L’as-tu choisi parce que tu aimes la France ou parce que tu as vraiment de la famille française ?
La vérité, c’est que je voulais un pseudo qui soit proche de mon vrai nom qui est effectivement français. Je ne peux pas le révéler mais je suis écossais et il y a une lignée française dans l’histoire de ma famille qui se révèle dans mon nom patronymique. Je voulais quelque chose qui en soit le reflet. En plus, je trouve que ça sonne aussi plutôt bien en anglais… Dubois… Of the wood… Le bois… Le porno… Il y a un jeu de mot facile là-dedans.

(Rires.) Questions classiques : quand as-tu commencé dans le porno et pourquoi ?
Je suis dans le porno depuis que j’ai 23 ans, j’en ai presque 29 aujourd’hui. Ça fait donc bien 6 ans. C’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire dès que j’ai été adolescent.

6 ans déjà ! Comment expliques-tu ta longévité dans le business ? La plupart des acteurs prennent leur retraite bien plus tôt.
Je crois que c’est parce que j’ai changé et adapté mon look tout le long de ces années afin de rester frais et de m’améliorer constamment. C’est ce qu’il faut faire si on veut demeurer un tant soit peu longtemps dans ce business.

Quels sont les trois moments les plus remarquables de ta carrière ?
Avoir fait la couverture du magazine Cybersocket, rafler des prix aux Prowler Porn Awards cette année et lancer mon site UKHotJocks.

Et quelles sont tes trois scènes préférées ?
Celle avec Austin Wilde pour CockyBoys, celle avec Adam Herst pour Hot House et celle avec Spencer Reed pour Cazzo… mais il y en a tant d’autres… J’ai été très gâté.

J.P. Dubois avec Austin Wilde… Photo : CockyBoys

J.P. Dubois avec Austin Wilde…
Photo : CockyBoys

… Adam Herst… Photos : Hot House

… Adam Herst…
Photos : Hot House

… Et Spencer Reed, dans trois de ces scènes préférées Photos : Cazzo

… Et Spencer Reed, dans trois de ces scènes préférées
Photos : Cazzo

En ayant travaillé aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis, as-tu constaté une manière différente d’aborder le porno ? On entend assez souvent qu’aux Etats-Unis, les acteurs sont mieux considérés, mieux payés.
Il y a certainement plus d’argent dans le porno US, mais je ne dirais pas que les acteurs sont mieux traités. Par rapport au Royaume-Uni, il y a une appréhension culturelle différente du porno, de l’acteur porno ainsi que de l’escort. C’est beaucoup mieux accepté là-bas. Il y a aussi une approche plus professionnelle de la production. Mais on essaie de promouvoir ce professionnalisme au sein de UKHotJocks. Nous attachons beaucoup d ‘importance à la qualité de la production.

Y’a-t-il des acteurs ou des réalisateurs avec lesquels tu aimerais tourner ?
Il y a beaucoup de mecs avec lesquels je n’ai pas travaillé mais que je rêverais d’avoir comme partenaires : Marc Dylan, Ryan Rose, Seth Fornea… J’aime les mecs américains ! J’adorerais tourner pour MenAtPlay, ici, au Royaume-Uni, mais ce n’est pas encore arrivé.

Quel appétit ! Tu as déjà beaucoup à faire avec UKHotJocks !!! (Rires.) Au vu de « Toy Stories », je serais curieux de savoir si tu aimes réellement les godes et les plans fetish ?
Mon mec Sam (Barclay) et moi nous sommes à fond dans les godes, nous en avons une énorme collection. Toy Story a surgi quand nous avons voulu partager certaines de nos expériences et fantasmes avec  nos modèles les plus hot.

Darius Ferdinand, Marco Sessions et Jake Kelvin font partie du casting de Toy Stories. Jeux de godes et originalité sont au programme :-) Photos : UKHotJocks

Darius Ferdinand, Marco Sessions et Jake Kelvin font partie du casting de Toy Stories. Jeux de godes et originalité sont au programme 🙂
Photos : UKHotJocks

Le résultat est excellent. Comment expliques-tu que vous ayez été si bons dès le début ?
D’abord, merci beaucoup pour ce fantastique compliment ! Nous travaillons très dur pour créer des films qui plaisent et apporter une vraie contribution au porno gay. Je pense que nous avons tout mis de nos expériences devant les caméras, le bon, le mauvais, l’indifférent, tout a été utile. Ceci étant dit, nous sommes encore si jeunes ! Nous apprenons à chaque nouvelle scène, ce qui aide à améliorer la prochaine.

Quel est exactement ton travail au sein UKHotJocks ?
Je suis l’esprit créatif, celui qui est derrière les histoires, la mise en scène et la photographie. Ça ne veut pas dire que Sam ne m’aide pas dans ces domaines aussi, mais c’est principalement mon job. Je coache les nouveaux talents et je les conseille au mieux afin qu’ils puissent se servir de ce qu’ils ont appris dans n’importe quel autre studio.

J’imagine que si tu aimes ce que tu fais, il y a peut-être certaines choses qui te déplaisent ?
J’aime tourner et travailler avec Sam sur la production. Effectivement, comme tout boulot, il y a des choses qu’on n’aime pas. Moi, c’est la comptabilité ! Je ne supporte pas ça. Je laisse tous les chiffres à Sam.

Continueras-tu d’être acteur pour d’autres labels ?
Définitivement oui.  Je continuerai à tourner jusqu’à ce que plus personne ne veuille me voir !

(Rires.) Pourrais-tu décrire ta relation avec Sam ? Comment vous-êtes-vous rencontrés ? Est-ce que ça a été le coup de foudre ?
Sam et moi sommes ensemble depuis près de 5 ans. Nous nous sommes rencontrés pendant des vacances à Gran Canaria et nous avons réalisé que nous vivions tous les deux à Manchester. Oui, je dirais que ça a été le coup de foudre, nous étions partis pour des vacances de débauche et nous ne nous sommes pas quittés de tout le séjour.

J.P. et son chéri Sam Barclay ont tourné ensemble sur le sol américain, notamment pour Hot House

J.P. et son chéri Sam Barclay ont tourné ensemble sur le sol américain, notamment pour Hot House

Comment votre couple réussit-il à mêler le porno, l’amour et la confiance ?
Nous avons une relation libre qui reste très saine. Nous aimons des types de mecs ou des trips différents mais nous avons une confiance totale l’un envers l’autre et le porno n’a jamais été un problème. Pour nous, la monogamie est une institution hétérosexuelle et nous ne sous sentons pas liés par ces règles.

Qu’avez-vous ressenti en gagnant le prix du « Meilleur couple britannique sur écran » aux « Prowler Porn Awards » ?
Nous étions ravis, ce fut un moment de fierté pour le couple.

Le couple couronné lors des Prowler Gay Porn Awards  Photo : ApplyToModel

Le couple couronné lors des Prowler Gay Porn Awards
Photo : ApplyToModel

Quels sont tes conseils pour réussir un mariage tout en étant en couple libre ?
Nous ne sommes pas mariés ! Bien que nous soyons très proches et très attachés l’un à l’autre. L’honnêteté est la meilleure des politiques à suivre en matière de relation. Grâce à elle, on ne peut pas aller dans la mauvaise direction.

Je ne peux m’empêcher de te poser cette dernière question : en tant qu’écossais, qu’elle est ton point de vue sur sur l’indépendance de l’Écosse ? As-tu voté lors du référendum ?
J’ai été assurément un partisan du NON. La campagne pour l’indépendance a été construite sur beaucoup de « si » et de « mais » sans qu’aucune preuve tangible ne démontre ce que serait la réalité après la séparation. C’était une chose très risquée à entreprendre dans cette période d’austérité. Nous venons juste de sortir d’une très sévère récession et ce n’était certainement pas le moment pour envisager de faire cavalier seul ! Je suis très content que le peuple d’Écosse ait voté pour le maintien de l’union. Comme Écossais vivant en Angleterre, il n’y a rien de pire pour moi que de se départir. Nous sommes vraiment meilleurs ensemble.

« Toy Stories », de UkHotJocks 
A partir du vendredi 26 septembre à minuit sur PinkX