« La Vie d’Adèle », le nouvel Abdellatif Kechiche avec Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos sort en salles mercredi 9 octobre et il est déjà entaché d’un parfum de polémique, paradoxalement extérieur au sujet du film. On a tout entendu : accusations des techniciens envers les conditions de production, règlements de compte entre les actrices et le réalisateur, boulette de Léa Seydoux (elle a déclaré, lors d’une interview, qu’elle trouvait les lesbiennes moins féminines que les hétéros)…  A tel point qu’Abdellatif Kechiche confiait la semaine dernière dans Télérama « Selon moi, ce film ne devrait pas sortir, il a été trop sali ».

Même si tout n’est pas réussi dans « La Vie d’Adèle » et que l’on sent, par moments, une réelle dureté dans la direction d’actrices, il serait dommage que toute cette contre-promo pollue la réception du film et qu’il ne trouve pas son public. Voilà pourquoi il faut (quand même) aller voir « La Vie d’Adèle ».

1 – Parce qu’il est (librement) adapté de la très bonne bande-dessinée « Le Bleu est une couleur chaude » de Julie Maroh.

2 – Parce que le film vaut vraiment mieux que l’affiche choisie pour l’exploitation française, ambiance « j’assume sans assumer que mes héroïnes sont lesbiennes ».

3 – Parce qu’il a obtenu la Palme d’Or en plein débat sur le mariage pour tous.

4 – Parce que c’est aussi la première fois que le Festival de Cannes récompense un film ET ses actrices.

5 – Parce que Léa Seydoux confirme son talent d’électron libre et que Adèle Exarchopoulos est une vraie révélation.

6 – Parce que le film donne envie de manger 3 heures durant des spaghettis et des huîtres (vous comprendrez en le voyant).

7 – Parce que la mise en image du milieu lesbien / queer y est plutôt crédible (on y aperçoit d’ailleurs quelques figures connues) et compense, à contrario, le côté manichéen dans la vision des différences sociales.

8 – Parce que la scène d’amour entre Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos a été jugée scandaleuse, voyeuriste, sexiste… et qu’il faut donc la voir pour le croire (ou pas). En tout cas, on y apprend de nouvelles figures du Kama Sutra.

9 – Parce que Salim Kechiouche ne change pas de film en film et qu’il est toujours aussi sexy.

10 – Parce qu’il y aura clairement un avant et un après « La Vie d’Adèle » dans la représentation des lesbiennes dans le cinéma « mainstream ».

 

 

La Vie d’Adèle, sortie en salles le mercredi 9 octobre 2013