Plus on regarde du porno et plus on devient croyant ! Cette affirmation fracassante nous vient des États-Unis, plus précisément du professeur de sociologie de l’université d’Oklahoma, Samuel L. Perry. Il a mené l’enquête et est sûr de lui ! Les dignitaires religieux devraient donc dire merci à l’industrie du porno au lieu de la diaboliser et chercher à l’interdire. Grâce à nos offices rendus, nous leur amenons des fidèles à la foi revigorée !!! 🙂  

Le professeur Samuel L. Perry s’est appuyé sur Portraits of American Life Study, grande enquête menée en 2006 et 2012 sur la religiosité aux États-Unis : les mêmes 1314 personnes avaient été questionnées sur leur vie intime, notamment sur leur consommation de films pornographiques, sur leur présence à des offices religieux et sur leur foi. Recoupées par Perry, ces informations laissent apparaître deux choses :
En principe, les croyants qui regardent du porno manifestent de moins en moins leur religiosité. Cela n’est pas surprenant pour le professeur qui s’est exprimé ainsi chez Complex : « À cause de la culpabilité et de la honte souvent associées à l’utilisation de contenu pornographique, particulièrement chez les Américains très religieux, je m’attentais à ce que cette utilisation de la pornographie aille de pair avec un niveaux moindre de la religiosité au fil du temps. »
Mais les individus qui en regardent « beaucoup », c’est-à-dire « au moins une fois par semaine » selon le professeur, sont au contraire devenus plus croyants. Perry explique ainsi ce paradoxe : « Ces gens peuvent se dire quelque chose comme : OK, Dieu, il se peut que je te désobéisse sur cette partie de ma vie, mais regarde toutes les choses religieuses que je fais ici, sur terre. » Il ajoute : « Certaines personnes qui expriment d’une façon compulsive leur participation religieuse sont les mêmes qui peuvent être compulsives dans d’autres parties de leur vie, comme lors de l’utilisation de contenu pornographique. »
Faut-il vraiment s’en étonner ? 🙂 Il y a plus d’un siècle, Huysmans – essayiste et romancier décadent converti au catholiscisme – résumait tout cela dans cette phrase éminemment perverse : « De sa patte crochue, le démon m’a conduit vers Dieu. »

Photo de couverture extraite de « Sancta Paraphilia », le calendrier des prêtres orthodoxes