« Nous avons toujours essayé de faire des vidéos qui impressionnent les gens, et il n’y a rien de plus parfait que de faire quelques scènes d’orgies pour cette vidéo ». Ainsi s’exprime Christian « Peech » Inchaustegui, le leader ouvertement gay du groupe de métal Larva sur le clip du premier single tiré de l’album “Trágicos Cuentos de Amor”. Ce clip, dans sa version originale, est d’ailleurs tellement porno qu’il ne peut être visionné sur Youtube et Facebook. On se contentera de la version censurée…

Dans une interview accordée à Ulisex, Peech explique sa rencontre avec le métal par sa colère à l’encontre d’une société qui a voulu lui mettre dans la tête qu’il était coupable du seul fait de son homosexualité. Cette musique plus que toute autre reflète sa colère.

Au sujet du milieu métal, il contredit les idées reçues : « Les métaleux sont ouverts. Très rarement je me suis senti jugé ou discriminé. Au début ils peuvent sortir une grossièreté et ensuite ils t’embrassent… lol. La vérité, c’est qu’ils sont à fond dans leur travail et la musique. C’est cela qui leur importe plus. » Le beau tatoué leader de Larva précise qu’il se sent au contraire plus marginalisé par les gays : « Nous avons demandé des espaces pour nous présenter dans des lieux et des événements LGBT et avons essuyé des refus, non de tous, mais de certains, ce qui est rare chez les métaleux… Du reste, il suffit de voir la sélection artistique présentée lors des marches gays pour constater que tous les ans c’est la même chose. Je ne me plains pas, mais pour des gens qui comme nous voulons voir des choses différentes, cela manque de diversité. »

Sur la genèse de l’album Trágicos Cuentos de Amor (Contes Tragiques de l’Amour), il a voulu plus que précédemment parler de son addiction aux hommes et aux histoires d’amour qui finissent mal.

L’idée de base des paroles de Para Ruy vient plus précisément d’une blessure sentimentale : il avait échangé des tweets sexuels avec un mec qui lui plaisait et qui n’a finalement jamais voulu sortir avec lui. Dans la chanson, bien pire arrive au protagoniste amoureux d’un adepte des réseaux sociaux…

He visto al diablo recorriendo tu interior
La sonrisa más hermosa degradando su valor
Tus ojos se vuelven rojos, tu boca pierde su color
En sonido de tus lagrimas dando vueltas en mi corazón


Caes al abismo cuando te vas
Y me arrastras al vacío del que nunca escaparás.
Cada que lo intento, te derrumbarás
Y aunque quiero ser tu héroe, sé que nunca me amarás

Cada enfermedad, cada malestar
Que tu cuerpo tiene que soportar
Es una obsesión, como una adicción
Un placebo que te hace sentir especial 


El camino que has elegido
Es un rumbo que lleva directo a tu destrucción
Transmitiendo el fracaso de un hombre perfecto
En alta definición 


Caes al abismo cuando te vas
Y me arrastras al vacío del que nunca escaparás.
Cada que lo intento, te derrumbarás
Y aunque quiero ser tu héroe, sé que nunca me amarás

Caes al abismo cuando te vas
Y me arrastras al vacío del que nunca escaparás.
Cada que lo intento, te derrumbarás
Y aunque quiero ser tu héroe, sé que nunca me amarás

Paroles & Musique : Peech

Notons que le clip se décline non seulement dans sa version non censurée mais aussi en anglais, For Ruy. Cela donne ces paroles :

I’ve seen the devil, lurking through your smile
So ugly and destructive in the most angelic eyes
You’re tongue is dry and sterile, you’re eyes are red as wine
I can not restrain your tears from falling right into my broken heart

You fall into this break down every time you go
You drag me in beside you, and you cannot rise back up
You don’t need to back down, you can take my hand
I know I could be your hero, but you´ll never love me back

Every new mistake, every new disease
That your body has to put up with
Is the price you pay, for the lust and fame
At the end of it all you´re the one to blame

The path that you’ve chosen is bringing you closer
To failure, frustration and death
As you broadcast your rupture in high definition 24 hours a day

You fall into this break down every time you go
You drag me in beside you, and you cannot rise back up
You don’t need to back down, you can take my hand
I know I could be your hero, but you´ll never love me back

You fall into this break down every time you go
You drag me in beside you, and you cannot rise back up
You don’t need to back down, you can take my hand
I know I could be your hero, but you´ll never love me back

Share