L’histoire officielle est entachée d’injustes oublis. De doctes passionnés veillent toutefois à ce que des noms ne soient pas occultés. C’est ce qui est arrivé avec le réalisateur Peter de Rome qui fut « redécouvert » dans les années 2000, bénéficiant même d’une rétrospective organisée par le British Film Institute. Né en France, à Juan-le-Pins, le 28 juin 1924, élevé en Angleterre et naturalisé américain, il est décédé le 21 juin dernier d’une leucémie. Il s’apprêtait à assister à la projection du documentaire « Peter de Rome: Grandfather of Gay Porn » au festival du film documentaire de Sheffield.

 

Le retour en grâce du réalisateur oublié. Il bénéficia notamment d'un focus dans l'émission Tracks du 5 janvier 2013 sur Arte

Le retour en grâce du réalisateur oublié. Peter de Rome bénéficia notamment d’un focus dans l’émission Tracks du 5 janvier 2013 sur Arte

Peter de Rome a surtout tourné des courts métrages. Un peu moins d’une dizaine sont réunis dans le DVD The Erotic Films of Peter de Rome. Il y a notamment The Second Coming (1970) qui comporte pour la première fois sur écran une éjaculation sans se toucher (bien que de Rome a avoué bien plus tard que le sexe était en fait une prothèse) ; Underground (1972) qui innovait avec une vraie scène de sexe dans un train en marche du métro new-yorkais ; et Mumbo Jumbo (1972) et son éjaculation en gros plan, une autre première au cinéma.

The Erotic Films of Peter de Rome Photos : Hand in Hand / Bijou World

The Erotic Films of Peter de Rome
Photos : Hand in Hand Films / Bijou World

Peter de Rome a toutefois fait deux longs métrages :
Adam & Yves (1974)
Cette brève histoire d’amour entre un Français et un touriste américain est aussi le dernier film de Greta Garbo. En fait, le facétieux réalisateur était un fan de la mythique star hollywoodienne et il l’avait filmée à son insu à New York. Il en avait intégré quelques secondes dans Adam & Yves sans lui demander l’autorisation.

De Rome utilisait couramment des modèles blancs et noirs des décénies avant que cela se fasse… Photos : Adam & Yves / Hand in Hand / Bijou World

27 ans avant le Adam & Yves de Zazie, il y eut celui de De Rome. À noter que celui-ci utilisait couramment des modèles blancs et noirs dans ses pornos bien avant que cela se fasse…
Photos : Adam & Yves / Hand in Hand Films / Bijou World

The Destroying Angel (1976)
Le scénario serait une adaptation très libre d’une œuvre de Edgar Allan Poe. Un jeune catholique, partagé entre sa volonté d’entrer dans les ordres et ses pulsions homosexuelles, prend trois mois sabbatiques qui ne sont ni plus ni moins qu’une plongée dans le sexe, la drogue et la mort.

Photos : The Destroying Angel / Hand in Hand / Bijou World

Photos : The Destroying Angel / Hand in Hand Films / Bijou World

De Rome a continué à tourner des courts métrages et à réfléchir sur des projets ambitieux mais il laissa tomber au tout début des années 1980 avec l’arrivée du sida. En 1984 il publia son autobiographie The Erotic World of Peter de Rome et sombra dans l’oubli jusqu’à ce que, dans les années 2000, des passionnés rendent compte de son importance dans des magazines gays, ouvrages universitaires et documentaires.

Share