« Priscilla fille du désert », « Saturday Night Fever », « Les Misérables », « 31 » : PinkTV vous présente quatre spectacles musicaux à découvrir !

Priscilla folle du désert, à partir du 25 février au Casino de Paris


Les Drag Queens les plus démentes de l’histoire australienne posent leurs boas et leurs plateforme shoes au Casino de Paris ! De « I Will survive » à « It’s raining men » en passant par « Can’t get you out of my head » ou encore « Boogie Wonderland », tous les tubes gay et disco seront au rendez-vous de ce musical qui a déjà cartonné à Sidney, à Londres et à Broadway ! On murmure aussi que « Priscilla », l’énorme bus rose, sera de la partie, sans oublier les répliques bien « bitchy » qui ont fait le succès du film. Niveau casting, on a le plaisir de retrouver trois habitués de la scène musicale française : David Alexis (Avenue Q, Oliver Twist), Laurent Ban (« Zorro ») et Jimmy Bourcereau (« Flashdance »).

 

« Saturday Night Fever » au Dôme de Paris – Palais des Sports


Envie de vous trémousser sur les chansons des BeeGees et de vous exercer au célèbre moulinet disco ? Alors ne manquez pas cette adaptation scénique du film culte qui se joue à Paris jusqu’à fin avril avant une tournée dans toute la France ! L’histoire nous entraine dans le New-York des années 1970 et nous fait suivre les aventures de Tony Manero, jeune mec issu du milieu défavorisé de Brooklyn, qui rêve d’émancipation tous les samedis soirs sur la piste de la célèbre discothèque L’Odyssée. Sa route croise celle de Stéphanie, femme au fort caractère, qui va lui faire tourner la tête avant de devenir sa coéquipière dans un concours de danse qui pourrait tout changer !

La mise en scène très inspirée de Stéphane Jarny (qui était déjà aux manœuvres du très bon « D.I.S.C.O. ») nous fait très vite oublier la légèreté de l’histoire dans un tourbillon de lumières, de boules à facettes et de tubes chantés en direct ou revisités par des artistes comme Kylie Minogue ou Mans Zelmerlöw.  Lionne charismatique à l’énergie communicative, Fauve Hautot nous éblouit à chacun de ses numéros dansés. Quant au canadien sexy Nicolas Archambault, il nous fait fondre à chacun de ses déhanchés et n’a pas peur d’enlever sa chemise pour notre plus grand plaisir 🙂

 

Les Misérables, au Palais des Congrès de Paris du 3 au 5 mars et en tournée


Succès incontesté dans le West End et à Broadway, ce musical imaginé par Claude-Michel Schönberg et Alain Boublil  d’après Victor Hugo n’a pourtant jamais vraiment trouvé la place qu’il méritait en France. On est donc très curieux de découvrir cette version inédite en format concert interprétée dans la langue de Molière. Sur scène, on retrouvera 30 chanteurs en costumes d’époque accompagnés par un orchestre symphonique. Les conditions idéales sont donc rassemblées pour mettre en valeur ce qui reste, à ce jour, l’une des plus belles partitions du musical moderne à l’image des chansons « J’avais rêvé d’une autre vie », « A la volonté du peuple » ou encore « Mon histoire ».

« 31 », actuellement à la Comédie des Champs Elysées


L’outsider de cette saison est aussi celui qui risque le plus de vous toucher. Mise en scène par Virginie Lemoine et interprétée par quatre comédiens-chanteurs remarquables, cette pièce de théâtre musicale raconte l’histoire d’une bande de potes qui se réunissent tous les ans pour fêter la nouvelle année. L’originalité du spectacle, c’est que l’on suit leur histoire à rebours, une traversée dans le temps qui nous permet d’en savoir plus sur leurs relations, leur passé, leurs amours. Ecrite par Gatëan Borg et Stéphane Laporte, « 31 »  bénéficie d’une écriture inspirée qui nous fait passer du rire aux larmes à vitesse grand V. Les divers thèmes (l’amitié, l’homosexualité, le deuil) sont abordés dans leur véracité et aspérité, très loin des poncifs habituels. Quant aux chansons (adaptées du projet Les Funambules de Stéphane Corbin), elles s’invitent comme des petites bulles de fantaisie et d’émotion à l’image de « Sous quel arc en ciel », très bel hommage aux disparus du Sida.  Rarement un spectacle musical français n’avait atteint cette qualité et cette profondeur !!