Artiste réputé de la scène gay SM, Bastille n’en est pas moins un inconnu pour le grand public. De son vrai nom Frank Webber (1929-1990), cet Américain installé à Paris a publié dans les années 1980 des gouaches et peintures à l’huile dans les revues gays scandinaves « Toy » et « Mr SM ». Le choc visuel fut sismique tant son univers tranchait avec les travaux encensés d’un Tom of Finland ou d’un Etienne. Les habituels éphèbes et culturistes pleins de joie et de santé étaient en effet substitués par des marginaux portant les stigmates de leurs dépravations. La vue de ses hommes aux yeux mi-clos, souvent anémiés, recouverts de pisse, de merde, voire de lésions (vénériennes ?), en a éprouvé plus d’un. Leurs plans SM avec tubes et masques à gaz également ! Livre album collectif consacré à son univers, « SCHWEIN – Bastille Traces » a un titre particulièrement bien choisi tant l’artiste avait pour credo que c’est dans la fange que réside toute volupté !

Photo : Marc Martin – Illustrations : Bastille

À la publication de ses œuvres s’ajoutent les photos inspirées de Marc Martin (réalisateur de BastilleRS chez PigProd), une interview menée en 1984 par Didier Lestrade ainsi que les témoignages de fans et de collectionneurs : Michel Ghougassian et David Leto d’IEM, Rudi Bleys, Russell Harris, Joël Boussenot, Ad Shuring ainsi que les créateurs de Recoil.557 et de Projet X.

« SCHWEIN – Bastille Traces » est diponible au prix de 25 euros, notamment chez IEM et à la librairie Les mots à la bouche.

 

Share