Oubliez « Peau d’Âne » version Jacques Demy, ses robes couleurs du temps et son cake d’amour en prime. « Fucking Happy End » de Sarah Fuentes revisite Charles Perrault à la sauce cabaret pour en donner une vision beaucoup plus noire qui fait voler en éclat les idées reçues sur le couple, la famille, la quête du bonheur et tous les carcans. Sur la scène du Théâtre des Déchargeurs, quatre comédiens incarnent ainsi avec talent (et des costumes très réussis) la trentaine de personnages du conte sans avoir peur de les malmener : roi et reine, méchante sorcière, bonne marraine devenue drag queen,  prétendantes aux gouts SM, sans oublier la princesse animale et son futur prince devenu un rocker un peu tête à claques…

Tragi-comédie qui vire au cabaret burlesque avec des élans de comédie musicale, Fucking happy end assume sa matière protéiforme et son inspiration série Z. L’ensemble peut paraître parfois un peu foutraque mais l’exercice s’avère rapidement jubilatoire dans son écriture, son originalité et la manière dont il déboute bon nombre de préjugés. La mise en scène s’accommode parfaitement du petit plateau pour offrir des ambiances tantôt gotiques ou romantiques bien pensées. Comme quoi, il y a encore beaucoup de choses à raconter après l’éternel « Il était une fois »…

Fucking Happy End
De Sarah Fuentes
Mise en scène Sarah Fuentes & Jan Oliver Schroeder
Avec Ludovic Chasseuil, Maud Imbert, Sarah Fuentes, Jan Oliver
Jusqu’au 29 avril 2017 au Théâtre Les Déchargeurs

Photos : © Frédérique Toulon