Actus LGBT

Non, l’auteur du massacre au « Pulse » n’était pas gay !

Le 12 juin 2016, le terroriste Omar Mateen tirait sur la clientèle majoritairement composée de Latinos du club LGBT « Pulse », à Orlando en Floride. Très vite des témoignages laissaient entendre, voire certifiaient, qu’il s’agissait d’un gay refoulé. Or, les enquêteurs du FBI établissent aujourd’hui qu’il n’en est rien : Mateen était hétéro…

Flashback :

Los Angeles Time (13 juin 2016)
Kevin West, un client régulier du Pulse, affirme qu’Omar Mateen lui envoyait depuis un an des messages via l’application de drag gay Jack’d. Quand il l’a entrevu pour la première fois, c’était au club, une heure avant le drame.

Orlando Sentinel (13 juin 2016)
Des client du Pulse affirment l’avoir déjà vu à l’intérieur, seul, buvant de l’alcool, et repartant parfois très éméché. Il y venait depuis plusieurs années précise le couple de drag queens Cord Cedeno et Chris Callen.

SBT Brasil (13 juin 2016)
Sitora Yusufiy, son ex-femme, déclare qu’il avait des tendances homosexuelles et que son père l’avait plusieurs fois traité de gay quand ils étaient ensemble. Elle expliquait déjà sa violence à son égard à cause de ce refoulement et de la prise de testostérone pour se muscler.

Palm Beach Post (14 juin 2016)
Un ancien camarade de l’académie de la police d’Indian River est persuadé qu’il était gay. Après leurs cours, ils leur arrivaient d’aller dans des clubs gays, et Mateen lui a fait un jour des avances auxquelles il n’a pas donné suite.

Independant (22 juin 2016)
Miguel, qui se présente comme son amant, affirme que Mateen fantasmait sur les Latinos et qu’il a voulu se venger après avoir eu peur d’avoir été exposé au sida, l’un de ses plans cul ayant été séropositif.

Toutes ces informations ainsi que tant d’autres qui accréditaient l’homosexualité du terroriste n’étaient donc qu’erreurs, calomnies, affabulations. Ou « fake news », qui est aujourd’hui le mot à la mode. Et comme le rapporte notamment MetroWeekly (6 avril 2018), le FBI affirme qu’il n’y a aucun doute à avoir sur l’hétérosexualité du terroriste :
Aucune trace d’utilisation d’une appli de drague gay n’a été trouvée sur son portable. Aucune trace d’amants. Par contre, il trompait sa nouvelle épouse avec au moins deux autres femmes et ses recherches porno portaient sur les actrices matures.
Si ses recherches sur Daech étaient effectivement obsessionnelles, rien sur l’historique ne laisse entrevoir qu’il s’intéressait à l’homosexualité.
Jamais avant le massacre il n’avait été au Pulse. Son attaque dans le club tient du hasard. Sa cible initiale était un centre commercial, mais à cause de l’important service de sécurité il s’en était détourné et avait googliser « downtown Orlando nightclubs », ce qui l’avait amené au Pulse. Sur place, il ignorait qu’il s’agissait d’un établissement LGBT.
L’enquête du FBI en conclut que l’attentat n’était pas homophobe et qu’il ne s’agit donc pas d’un « crime de haine ». En ce sens, HuffingtonPost (4 avril 2018) note que les 49 personnes tuées au Pulse n’avaient déjà pas été répertoriées dans la liste des « crimes de haine » de l’année 2016 de l’État de Floride.

Parmi les victimes, rappelons qu’il y avait l’ex-acteur porno gay connu sous le pseudonyme d’Emanuelk Rosado. Lors de la funeste soirée, il officiait comme gogo, comme l’a révélé Str8UpGayPorn (13 juin 2016). Originaire de Porto Rico, il avait 35 ans et était père d’un garçon de 5 ans dont il était très fier… – Photos : XDR et Emanuelk Rosado

Certains sont choqués que l’attentat, qui est devenu un symbole mondial de la cause gay en butte à l’homophobie, puisse être altéré par une requalification du FBI et ils manifestent des doutes quant au sérieux de l’enquête, comme un certain Spanner. Il a laissé ce commentaire chez PinkNews : « Ainsi on se base sur ce que contient des Smartphones plutôt que sur des témoins visuels. Il se peut en plus qu’il n’ait pas eu son téléphone avec lui, mais un différent. »

 

Tags
Montrer plus

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Aller à la barre d’outils