Pinkx

Décès de Terry Legrand, le producteur du cultissime et sulfureux « Born To Raise Hell »

L’activiste, essayiste et romancier Jack Fritscher, qui fut aussi l’un des rédacteurs en chef de feu le magazine « Drummer », a annoncé chez TheLeatherJournal le décès de Terry Legrand survenu chez lui, à Hollywood, le 18 avril dernier. Il avait 79 ans. Au sein de Marathon Films, Legrand avait produit de nombreux pornos gays, dont un film qui a fait date dans l’histoire SM gay, « Born To Raise Hell »…

Réalisé tel un film documentaire par Roger Earl en 1974, tourné dans des bars SM de Los Angeles et contenant des scènes de sodomie, d’uro, de bondage, de rasage… et de fist, Born To Raise Hell était sorti alors que le chef de la police de LA, Edward M. Davis, menait une charge anti-homosexuelle de grande ampleur. Comme nous l’apprend Fritscher dans Gay Pioneers : How Drummer Magazine Shaped Gay Popular Culture 1965-1999, Davis était persuadé que le sadomasochisme, tout particulièrement dans le milieu gay, fonctionnait comme une secte à la Charles Manson et fédérait des psychopathes en puissance. Quand il a vu pour la première fois les couvertures de Drummer, il a décidé de mettre l’équipe rédactionnelle sous surveillance. Quand, dans la nuit du 10 avril 1976, Drummer a parrainé une soirée philanthropique au Mark VI Baths qui incluait une vente aux enchères de « slaves » avec pour commissaire-priseur la star iconique de Born To Raise Hell Val Martin, la police a cru qu’il s’agissait d’une véritable vente aux esclaves et a procédé à une descente musclée, avec voitures et hélicoptères. Une quarantaine de personnes furent arrêtées, dont Terry Legrand. Mais aucune n’a été condamnée. Ridiculisé à cause de son obsession homophobe, Davis a en plus été critiqué pour avoir gaspillé l’argent public. Ça ne l’a pas empêché de continuer son harcèlement homophobe et anti SM, rendant notamment difficile l’exploitation en salle de Born To Raise Hell à Los Angeles.

Jaquettes d’autres films produits par Legrand dans les années 1980…

Un article (Los Angeles Times – 15 avril 1987) nous informe que Legrand avait été très préoccupé par l’épidémie du sida et par le danger qu’il y avait de continuer de faire tourner des acteurs porno sans préservatif. Alors président de la Gay Film Producers Association of America, il s’insurgeait contre le studio Catalina qui introduisait ses films de ce rappel hypocrite : « Le film doit être perçu comme un fantasme et les spectateurs doivent consulter leur médecin avant d’avoir des rapports sexuels. »

Mettre un avertissement et faire ce que vous qualifiez de non-safe est stupide. On doit arrêter de faire des films non-safe. Le dollar ne peut seul compter. Sauver des vies doit d’être la chose la plus importante.
Terry Legrand

En 2010, alors animateur de The Alternative, émission de la chaîne Internet LATalk Radio,  Legrand posait avec son hôte Durk Dehner, le co-fondateur de la Tom Of Finland Company, et le producteur de l’émission, Andrew Holinsky – Photo – XDR

Alors qu’il avait pris sa retraite du porno, Legrand a continué d’être actif dans la lutte contre le sida jusqu’à la fin de sa vie, conclut Fritscher dans son élogieuse nécrologie.

 

Tags
Montrer plus

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Aller à la barre d’outils