Actus LGBT
Tendances

Accusé du meurtre de son boyfriend, il est la tête d’affiche d’un thriller gay !

EH BIEN ! On a beau se dire blasé, certaines news laissent perplexe !!! En août 2016, un fait divers avait fait la une aux USA : pris dans un délire mystique, le mannequinchanteur-danseur-comédien Marcus Bellamy avait étranglé son boyfriend Bernardo Belmonte – Photo : NewYorkDailyNews

Sur son compte Facebook – transformé en page souvenir alors qu’il est bien vivant -, Bellamy avouait son crime guidé par la main de Dieu pour ensuite regretter son geste et demander pardon…

Ce qui n’était pas dit à l’époque, c’est que quelques mois auparavant il avait fini le tournage d’un thriller gay : The Breeding. Il y tenait le premier rôle éprouvant d’un artiste si accro au bondage et aux autres pratiques SM que cela impactait son quotidien. The Breeding a depuis été monté, projeté dans des festivals et a gagné le prix du meilleur long métrage au Harlem Film Festival 2018. Le 7 septembre il sort en salle aux USA. Voici la bande-annonce…

L’idée du film, nous dit le scénariste Dane Joseph dans RaynbowAffair, est partie d’une œuvre artistique qui présentait comme une « histoire d’amour interdite » la relation homosexuelle entre un maître, Harmen van den Bogaert, et son esclave noir, Tobias. Cela se passait dans l’Amérique d’avant la guerre civile, époque où la sodomie était passible de la peine de mort. Les deux hommes avaient fui ensemble pour tenter de se sauver mais, pris au piège d’un lac gelé, ils avaient succombé à la morsure du froid.
Cette présentation « romantique » posait un problème à Joseph qui la trouvait trop belle pour être vraie. Il s’est mis à faire des recherches sur la relation maître-esclave et a découvert que des mots et des situations aux présupposés racistes étaient couramment utilisés lors de rencontres sexuelles interethniques. The Breeding pose ainsi cette question : Comment des Noirs et des Latinos peuvent accepter ces situations vu le passé horrible auquel elles se réfèrent ? Sans avoir vu le film, on se dit que la réponse se trouve dans ce que dit le producteur Dwight Allen O’Neal dans le même RaynbowAffair : « Le propos du film est d’explorer les instincts animaux chez les humains et ce que nous sommes prêts à commettre d’irréparable afin de satisfaire nos besoins primaires. »

Est-ce pour ménager les susceptibilités ? Aucun nom d’acteurs – surtout pas celui de Bellamy – ne figure sur l’affiche du film.

Incarcéré et en attente d’être jugé, Bellamy – qui affichait sur Instagram un physique de porn star – pourrait-il jouer la carte du « comédien tellement sous l’emprise de l’extrémisme de son rôle qu’il ne pouvait plus faire la différence entre cinéma et vie privée » ? Si une telle jurisprudence existe aux États-Unis, on n’en serait pas étonné… – Photos : WalkingWater

Mise à jour du jeudi 14 mars 2019 : Fin février, Marcus Bellamy a été jugé coupable de meurtre au premier. Il est condamné à une peine de prison de 20 ans. À la mère de la victime d’autant plus choquée par la disparition de son fils qu’il avait réussi à vaincre un cancer il y a 11 ans, il a tenu à s’excuser : « Bernardo m’était très cher et il ne méritait ce qu’il lui est arrivé. Vous me demandez pourquoi c’est arrivé ? Votre fils et moi-même avions l’habitude d’inhaler ensemble beaucoup de crystal meth. Ce jour, j’ai cru que votre fils était le diable. Je ne voulais pas faire ce que j’ai fait. Je veux que ce soit clair. J’aimais Bernardo. Il m’avait sorti de la dépression. Je ne voulais détruire personne.« 

Montrer plus

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Aller à la barre d’outils