Pinkx

« Nomades (Bazaar Hotel) » de Cadinot : Dépaysement, multiethnisme et sensualité hardcore en illimité sur Pinkflix

Sorti en 2005, Nomades (Bazaar Hotel) témoignait de la volonté de Jean-Daniel Cadinot de renouer avec un imaginaire qu’il avait su remarquablement visualiser en 1984 dans le cultissime Harem, nommé Sex Bazaar aux USA. Également piqué au vif par l’ascension du label français Citébeur, le maître français voulait montrer qu’il fallait toujours compter avec lui et sa vision du multiethnisme maghrébin/européen. L’histoire : Karim Nadir, un jeune Nord-Africain qui rentre d’un séjour en France et qui possède un petit hôtel pour touristes dans les souks de sa terre natale, offre l’hospitalité à Lucas Samara, un touriste français sans le sou. Parallèlement, une bande d’étudiants européens venus au Maghreb pour réhabiliter un riad dans le cadre d’un échange culturel s’épanouissent au contact des coutumes locales. À voir dès maintenant sur Pinkflix, seulement sur PinkX.EU, à partir de 1€99.

Karim Nadir et Lucas Samara – Photos : Nomades (Baazar Hotel) / Cadinot

Le pinkplus : Nomades est typique de l’apport de Cadinot dans l’histoire du porno gay. Décryptage :
– Dépaysement et multiethnisme
Les scènes extérieures de Nomades ont été tournées dans une capitale nord-africaine. Quand les acteurs se promènent dans les rues, vont au restaurant… ou baisent dans la cour du riad, cela se voit et s’entend. Tourner à l’étranger pour un réalisateur (français, ou autres), n’est pas en soit original. Là où Cadinot se distingue, c’est que pour lui, le pays étranger n’est pas qu’un décor. Ce sont aussi ses gens, leur culture. Dans les pornos, le thème du voyage vers des contrées exotiques (ou lointaines) est le plus souvent prétexte à des images « cartes postales« , avec pour seul angle de vue celui du touriste occidental. Il arrive même qu’on n’y voit aucune baise multietnique. Dans Nomades, Cadinot nous montre un Maghreb populaire, qui ne se réduit pas à un club de vacances. Et en donnant l’un des rôles principaux à Karim Nadir (excellent de naturel dans son rôle), il visualise aussi le point de vue et les fantasmes d’un Arabe né au Maghreb. À cela s’ajoute l’absence de supériorité occidentale, l’objectif étant de montrer ce qui unit des garçons de pays et de religions différents : le plaisir de la découverte et de la rencontre. L’un des moments les plus symboliques, c’est certainement lorsque Karim, après avoir parcouru une bible illustrée, et Tristan Giorgino, un client de l’hôtel qui feuilletait le Coran, niquent peu après et sans complexe le masseur de l’hôtel, Ali Fartas. À notre époque, où il y a cette insistance à opposer les cultures et les religions, ça fait vraiment du bien de voir un film avec des héros qui s’affranchissent de ce que les extrémistes aimeraient opposer.

Tristan Giorgino et Ali Fartas – Photos : Nomades (Baazar Hotel) / Cadinot

– Sensualité hardcore et cinéma du réel
La jaquette de Nomades comme les photos signés Cadinot peuvent donner l’impression qu’il s’agit d’un film plus érotique que pornographique.

Le réalisateur, lui-même, a souvent fait comprendre par ses interviews que le terme « porno » n’était pas le plus approprié pour qualifier son travail. Soit ! Mais qu’est-ce que ça couche ! 🙂 Nomades compte 13 scènes de sexe en 2 heures ! Et le réalisateur prouve encore une fois qu’il est bien l’un de ceux qui savent le mieux mettre en valeur la sodomie dans ce qu’elle a de plus déchirante. Ainsi, quand Lucas Samara se fait sodomiser par Karim, Bruno Antoniali et Roberto Montana (tous TBM du genre fougueux), et qu’il leur lance – le visage déformé par la douleur – un brusque « Arrête, ça fait mal!« , ou un « Plus doucement!« , on se dit qu’il sort de son rôle et que Nomades prend des accents documentaires. Que Cadinot laisse dans le film ce qui est en principe coupé au montage, traduit une volonté de s’approcher au plus près de la réalité, de ce que ressentent les acteurs, même quand ça fait mal.

Bruno Antoniali et Roberto Montana – Photos : Nomades (Baazar Hotel) / Cadinot

Tags
Montrer plus

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close