Actus LGBT

Ruggero Freddi : « Le gouvernement italien est coupable de promouvoir un climat hostile envers les citoyens homosexuels »

Il y a quelque jours, Ruggero Freddi, l’ex-COLT man italien devenu professeur d’université à Rome et heureux époux de Gustavo Leguizamon, autre ex-COLT man, avait exprimé sa réprobation vis-à-vis d’un sénateur italien homophobe. Nous l’avons invité à préciser ses pensées et il nous a répondu. Attention. Ce qu’il nous dit vaut avertissement sur l’extrême-droitisation qui a cours en Europe et dans la plupart des démocraties occidentales. Jouant à fond sur la peur d’un « afflux de migrants », voire du « Grand remplacement » comme l’a formulé en France Renaud Camus (qui fût journaliste chez Gai Pied, comme quoi tous les revirements sont possibles !), des mouvements et partis politiques cantonnés à la marge après la Seconde Guerre mondiale redeviennent populaires. Ils ont de tels suffrages qu’ils sont à même d’entrer dans des gouvernements et de modeler la législation à leur image réactionnaire, ségrégationniste, homophobe.

Ruggero Freddi :  « D’abord je vous remercie de me donner l’opportunité de partager mes pensées et réflexions sur le gouvernement qui s’est installé en Italie en juin dernier. Ce nouveau gouvernement est formé d’une coalition de deux partis politiques qui ont des positions et programmes extrêmement différents. Même si les deux leaders Luigi De Maio et Matteo Salvini essaient de minimiser leurs grandes disparités, celles-ci sont bien réelles et évidentes sur presque tous les sujets, notamment ceux portant sur les questions LGBT.
Beaucoup de représentants de la LIGUE se sont distingués par leurs positions homophobes. Le ministre de la famille, Lorenzo Fontana, est connu en Italie pour ses positions extrêmes sur les questions liées aux familles LGBT et à l’homoparentalité.
Le ministre a déclaré vouloir abroger la LOI MANCINO, une loi approuvée en 1993 qui défend toutes les minorités des discriminations et qui condamne toutes les formes de racisme. Auditionné devant la Commission des Affaires Sociales de la Chambre des députés, il a dit : « Les enfants de couples de même sexe nés à l’étranger grâce à des pratiques interdites en Italie telles que la gestation pour autrui ne peuvent être reconnus ». Et en parlant des familles gays, il a ajouté : « Elle n’ont actuellement aucune existence légale. »
Mais Fontana n’est pas le seul homme politique à se distinguer par ses positions contre la communauté gay. Le Sénateur Simone Pillon est notoirement connu pour ses assertions complotistes. Il est convaincu qu’une théorie du genre est enseignée dans les écoles italiennes. Il affirme également qu’il y a un lobby gay, conspiration ténébreuse dont l’objectif est de renverser l’ordre moral traditionnel et de recruter des homosexuels (une paranoïa qui existait déjà dans les années 1970)
Dans une interview récente, il a répété qu’il fallait permettre aux familles (il ne parle évidemment que des familles hétérosexuelles) de transmettre leurs valeurs à leurs enfants et que l’éducation sexuelle ne devrait pas être enseignée dans les écoles, surtout si l’enseignement est prodigué par des gays. À l’évidence, quand il parle d’éducation sexuelle gay, il envisage toute forme d’éducation – quel que soit le sexe des professeurs qui la transmette -, ayant pour objet le respect et l’acceptation des homosexuels.
Matteo Salvini, le leader de la LIGUE, est lui aussi notoirement opposé à la reconnaissance des droits des personnes, couples et parents homosexuels. Récemment il s’est battu pour supprimer le mot « parent » des formulaires afin qu’il y ait sur la carte d’identité électronique les mots « mère » et « père ».
Ce ne sont que quelques exemples de la manière dont une partie du nouveau gouvernement italien mène une bataille idéologique à l’encontre des droits des personnes LGBT en Italie. Et que fait l’autre partie du gouvernement ? C’est simple, elle se contente de regarder.
Ainsi, déclarations après déclarations, on confisque aux gays, lesbiennes, transsexuels et hétérosexuels la dignité et l’équité sociale qu’ils ont conquis après des années de dures luttes. Je voudrais rappeler combien leurs idéologies mènent à la mort de nombreux jeunes qui préfèrent se suicider que de supporter le poids d’une telle humiliation sociale.
Le gouvernement dans son ensemble est coupable de promouvoir un climat hostile envers les citoyens homosexuels qui se voient refuser l’égalité des chances et des droits.« 

Tags
Montrer plus

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Aller à la barre d’outils