Actus LGBT

« Sodoma » : Quand l’homophobie intériorisée et la culture du secret expliquent les scandales et décisions aberrantes de l’Église catholique!

Énorme ! Le journaliste, sociologue et essayiste Frédéric Martel sort un livre qui va faire date : Sodoma. Enquête au cœur du Vatican. Sa thèse confortée par quatre années d’une enquête minutieuse est doublement explosive. D’une part il affirme que pour des raisons sociologiques l’homosexualité est massive au Vatican et dans l’ensemble du clergé catholique. Et d’autre part il révèle que la culture du secret associée au chantage explique le pourquoi de la non-dénonciation de crimes pédophiles ainsi que la prise de positions réactionnaires des plus aberrantes.

Si le livre sort le 21 février – soit le lendemain de la sortie prévue en salle du bouleversant et accusatoire Grâce à Dieu de François Ozon, il donne déjà lieu à des articles et interviews partout dans le monde. S’exprimant le vendredi 15 février sur les ondes de France Culture, Frédéric Martel a tenu à faire plusieurs mises au point :

Il ne fait pas l’amalgame entre pédophilie et homosexualité. Rien de ce qu’il dit dans son livre ne peut le permettre. Il décrit un univers hyper-masculin, misogyne, où l’homophilie est omniprésente. Certains prêtres demeurent chastes quand d’autres ont des relations sexuelles.

Il ne dénonce pas un « lobby gay » au sein de l’Église car il n’existe pas d’organisation gay structurée au Vatican. Ces cléricaux homo agissent de façon isolée, cherchant coûte que coûte à cacher leur attirance et sexualité.

Il n’a pas écrit ce livre pour donner des armes aux catholiques les plus intransigeants sur la morale. Il démontre au contraire que plus les prêtres sont conservateurs plus c’est la haine de soi et/ou la peur que leur homosexualité puisse être dévoilée qui s’expriment. Ils se protègent.

Frédéric Martel explicite également ce qu’il entend par « sociologie homosexuelle » de l’Église catholique : « Quand vous êtes né dans un petit village italien et que vous êtes différent, il était assez classique – dans les années 1940 et 1950 – de devenir prêtre. Votre mère était contente, vos copains de classe vous traitaient comme un sain. C’est ça la clef de la plupart des vocations… Cette sociologie s’applique partout… La fin des vocations est aussi liée à ça. Quand vous êtes homo vous avez d’autres options aujourd’hui. » Et comme dans les séminaires on cherche désormais à écarter les homos, ça n’aide pas à avoir des prêtres suffisamment nombreux.

Invité à la même émission du matin sur France Culture, le vaticaniste Henri Tincq affirme que Sodoma. Enquête au cœur du Vatican va faire exploser le système. Mais avec quelles conséquences ? Les catholiques gays les plus optimistes rêvent sans doute d’une révolution salutaire qui permettra à l’homosexualité d’être enfin favorablement considérée par l’Église. Cela passera obligatoirement par une réinterprétation de la légende biblique de Sodome. La ville n’aurait pas été détruite par Dieu pour ses mœurs sexuelles, mais parce que sa population avait dérogé au devoir sacré d’hospitalité. Soyons rêveurs…

Photomontage d’introduction à l’article : UKNakedMen et XDR

Tags
Montrer plus

Articles liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Aller à la barre d’outils