Pinkx

Summer of Porn Stars : Sean Zevran

Quand un acteur porno choisit d’avoir un pseudonyme, c’est en principe pour préserver sa vie privée. Mais que vaut ce nom quand celui qui le porte est un livre ouvert ? Sean Zevran refuse ainsi de n’être que la très belle et insouciante image d’une super porn star US. Il est aussi le citoyen Josiah Jennings qui tient depuis 2014 un blog où il disserte sur le porno, l’escorting, la drogue, le racisme, le politiquement correct et la politique. Chacun de ses textes se nourrissant en grande partie de son vécu, il fait des révélations intimes qui complexifie l’homme. La séparation entre Sean et Josiah n’étant pas nette, les interviews de la porn star témoignent à un moment ou à un autre de son besoin de donner du sens à tout qu’il entreprend. Un vrai philosophe !

Sean Sevran

BIO FLASH
• Date de naissance 2 août 1988 • Signe astrologique Lion • Lieu de naissance Shreveport, Louisiane, USA • Résidence Los Angeles, Californie, USA • Nationalité Américaine • Cheveux Noirs rasés • Yeux Marron • Taille 1, 73 m • Poids 82 kg • Sexe 21 cm non-circoncis • Position Versatile • Orientation Gay

FILMOGRAPHIE PARTIELLE
Sexual Attention, Hungry Hungry Holes 2, Ass Sex in the City 1, Welcome to LA, Real Men Get Fucked (RandyBlue) Stunners, Crave, Jacked, Krossfire, Amped (Edge/Falcon Studios) Naughty Pines 1 & 2, Cockstar, Tahoe : Keep Me Warm, Heated 2, Tahoe : Snowbound, Between the Sheets, Deep Release, Earthbound : Heaven to Hell 2, Code of Silence, Love & Lust in New Orleans (Falcon Studios) Ass To Grind, Filthy Fucks, Auto Erotic 1 & 2, America Finest, Clusterfuck ! 2, Foreskin Mafia, Sidewinder, Total Exposure 2, Backstage Pass, Labyrinth, Beef Squad, Drive Shaft (Raging Stallion Studios) Dirty Fuckers, After Glow, Submissive, Hard Medicine, The Urge : Pound That Butt, Fire and Ice, Pushing Limits, Ass Friends, Slicked Up, The Trainer, Stuff : Rough Trade 2, Depths of Focus, Bathhouse Ballers, TKO : Total Knockouts, Overpowered, The Trainer : No Excuses, Dark Matter, Private Practice (Hot House Video) Just One Night, Big Bro, Little Bro 2, Cade Has a Big Fat Dick, Call Me Lucky, Got Wood ?, Insatiable, Postcards from LA, Sean Has a Big Fat Dick, Take It !, Tie Me Up ! Dick Me Down !, Daddyland, Dicked Down, Raw ! 5 : Pounded (CockyBoys)

1) Le porno pour être heureux et décompresser !
À vouloir exceller en toute chose on risque le burn-out. S’il est alors recommandé de se reposer voire de consulter un psy, le jeune homme qui allait devenir Sean Zevran s’est lui lancé dans le porno. C’était au printemps 2011 : « J’étais à la fin de mon dernier semestre à l’université d’État de Stephen F. Austin. Mon diplôme en poche, je n’étais pas prêt à m’engager dans un job monotone ni prêt à retourner à l’école pour poursuivre un troisième cycle. Je me sentais tout à la fois surmené et avec l’impression d’avoir raté beaucoup de choses dans vie car précédemment je m’étais tellement engagé dans les missions humanitaires, les études, le sport (le cross-country et l’athlétisme), les Marines et d’autres jobs de toutes sortes. J’ai passé mes années universitaires à honorer mon engagement au corps des Marines, à mettre en place une association d’étudiant et achever mes études afin d’avoir mon diplôme en philosophie. J’avais initialement planifié de faire l’armée après l’obtention de mon diplôme et j’ai même achevé mon cursus dans l’école des candidats officiers du Corps de Marines, mais j’ai décliné mon affectation quand je me suis rendu compte que je n’étais pas heureux. Je voulais faire quelque chose d’aventureux. »
Et c’est sa rencontre dans une boite gay avec le gogo et acteur porno Brandon Wilde qui va décider de sa carrière porno. C’est en effet Brandon qui envoie à RandyBlue des photos du beau métis ainsi que ses coordonnées.

2) Une succession de contrats d’exclusivités
– D’août 2011 à novembre 2013 sont sorties 16 scènes chez RandyBlue. La première était un solo, puis le beau métis a fait des duos et des trios. Actif, passif ou « flipflopeur », il est d’une versatilité totale ! Il a notamment eu pour collègues d’autres futures super porn stars toujours en activité : Diego Sans et Austin Wolf.
– Photos : RandyBlue

– Lors de la création en mai 2014 de FalconEdge, un label de Falcon Studios, le géant du X gay US a annoncé que Sean en devenait le premier exclusif. Mais avec l’acquisition par Falcon de Hot House Entertainment en juillet de la même année, FalconEdge – dont l’esthétisme lorgnait vers celui de Hot House – n’a pas fait long feu et Sean est devenu un exclusif Falcon, tournant jusqu’en 2017 pour les différents labels du groupe : Falcon, Raging Stallion et Hot House. Il a eu des partenaires de tout premier choix. Entre autres Brent Corrigan dans Jacked (FalconEdge), Boomer Banks dans Auto Erotic 2 (Raging Stallion), Ryan Rose dans America’s Finest (Raging Stallion), Micah Brandt dans Bathouse Ballers (Hot House) et à nouveau Austin Wolf dans Overpowered (Hot House).
– Photos : Falcon Studios Group

– En octobre 2017 CockyBoys annonce qu’il est désormais un de ses exclusifs. Il a notamment eu pour collègues Josh Moore dans Got Wood ?, Ricky Roman dans Insatiable, Ben Masters, Cade Maddox dans Raw ! 5 : Pounded et Carter Dane.
– Photos : CockyBoys

3) Une porn star multiawardisée
Sean a été élu dans les catégories meilleur duo et meilleure scène fetish, respectivement avec Armond Rizzo dans Hard Medicine lors des PinkX Gay Video Awards 2017 (l’excellente scène Examen médicale est à voir et revoir en illimité sur Pinkflix !)…
– Photos : Hot House


… et avec JJ Knight dans Tie Me Up ! Dick Me Down ! lors des GayVN Awards 2019.
– Photos : CockyBoys

Il a aussi eu l’immense privilège d’avoir été honoré par deux fois meilleur performeur de l’année. D’abord lors des XBIZ Awards 2017 et ensuite lors des GayVN Awards 2018.
– Photos : Twitter et AVN

Ah, ah ! Son smoking ne nous faisait pas oublier le pourquoi de son sacre : un beau visage + un corps d’athlète + une bonne bite + un cul profond = une versatilité des plus photogéniques et à toutes épreuves !!! 🙂

4) Un discours qui a fait date dans l’histoire du porno gay
Pour rappel, en janvier 2018, les GayVN Awards renaissaient de leurs cendres après plusieurs années d’absence. Une controverse avait toutefois failli tuer dans l’œuf leur grand retour. La porn star Hugh Hunter avait publiquement manifesté son refus de cautionner des Oscars du X où les acteurs noirs, latinos ou asiatiques ne se retrouvaient nommés que dans la seule catégorie meilleure scène ethnique.
– Photos : Hot House et Twitter

Les organisateurs avaient fait amendes honorables, supprimé la catégorie devenue problématique et revu en conséquence la liste des nommés. Avant même de savoir qu’il aurait un prix, en l’espèce celui de performer de l’année, Sean s’est livré à un discours qui a fait vibrer comme rarement l’auditoire.
« Nous n’avons pas tant de soirées comme celle-ci et je remercie AVN de faire revenir les GayVN Awards… C’est plus que la seule célébration du sexe et de nos succès dans l’industrie, c’est la célébration de la culture gay et des progrès que notre communauté fait partout dans le monde.
Beaucoup ont accusé les GayVN de racisme et de fétichiser les minorités raciales. Ce problème existe dans le porno, mais il pèse aussi dans la communauté gay dans son ensemble. Il y a au moins un performeur qui est allé si loin dans sa critique qu’il a boycotté les GayVN Awards en déclinant toutes ses nominations. Cela a toujours été un sujet de controverses dans notre industrie et dans la communauté LGBT, un de ceux qui suscitent des sentiments mitigés et qui sont toujours difficiles à aborder.
Au début, moi aussi j’ai pensé décliner mes nominations en pensant cela pourrait attirer l’attention, aiderait dans la prise de conscience du racisme dans le porno et dans la communauté gay.
Mais ce que j’ai découvert de très émouvant est que les GayVN se souciaient du problème comme le font les personnes de couleurs dans notre industrie et dans notre communauté. Ainsi est-ce la raison du privilège que j’ai de vous parler à tous ce soir. Ce sera très différent de mes conférences que je poste sur Facebook (Rires).
Ce problème est beaucoup plus grand que les mots d’une seule personne. Plus grand qu’une cérémonie de remise de prix. Personnellement, en tant que performeur métis, j’ai été très chanceux dans cette industrie. Je dois mon succès à mes fans merveilleux ainsi qu’à toutes les personnes talentueuses avec lesquelles j’ai eu l’honneur de travailler. Mais soyons réalistes : plus vous avez la peau sombre, plus vous apparaissez comme asiatique ou « ethnique », et plus généralement c’est compliqué, les rôles sont moindres, et les chances d’être sur cette scène se raréfient.
La vérité est que nous ne partageons pas tous les mêmes expériences dans cette industrie et dans notre communauté. Nous n’allons pas tous célébrer le sexe avec les mêmes sentiments de joie et de partage. Il est important de le reconnaître et de continuer d’en parler d’une manière significative. Maintenant, je ne sais pas si mes mots de ce soir feront la différence… mais il y a quelque chose que je sais très bien : ici, ce soir, dans cette salle, il y a le pouvoir. Sont présents certains noms les plus puissants de l’industrie porno gay. Acteurs et producteurs. Je connais personnellement beaucoup d’entre vous. Je vous parle souvent. Nous sommes amis. L’art que nous créons a un impact sur nos fans et les consommateurs. Il a un impact sur notre communauté, la communauté LGBT. Qu’on l’apprécie ou non, notre art consiste à beaucoup plus qu’à faire jouir. Il définit une communauté et une culture. Comme nous allons continuer de créer de l’art, je demande que nous tous nous nous en souvenions et que nous en tirions une fierté. »
Quel discours !!! Et quand Sean a reçu sont prix de Performeur de l’année, il est revenu sur scène surpris et ému, cherchant cette fois-ci ses mots : « Je ne sais pas quoi dire maintenant… Il y a tellement de personne que j’aimerais remercier et je suis sûr que je vais en oublier… RandyBlue, c’est là où j’ai commencé ma carrière. Puis je suis allé chez Falcon Studios Group, Raging Stallion, Hot House… J’aimerais tous vous remercier. Maintenant je suis chez CockyBoys où jusqu’à présent tout se passe merveilleusement bien. J’aurais voulu faire un meilleur discours, mais je n’ai pas eu le temps de le préparer comme le premier. »
Il est tout excusé ! Non seulement il a un physique de super-héros, mais il en a aussi l’étoffe ! 🙂

5) Égérie de marques de sex-toys et de sous-vêtements
Parallèlement à sa carrière de porn star – et d’escort -, Sean est depuis août 2015 l’une des icônes des masturbateurs Fleshjack…

… et il a été l’une des égéries d’Andrew Christian.

6) L’amour dure 4 ans
« Je n’ai pas de boyfriend et n’en ai jamais eu. J’aime pourtant l’idée d’avoir un compagnon, mais jusqu’à présent ça ne m’est jamais arrivé. » déclarait Sean en juillet 2014. Mais trois mois plus tard il officialisait sur les réseaux sociaux sa relation amoureuse avec un bel eurasien qui n’était pas acteur porno : Jimmy Boyer. Supporter de la carrière sexe de son chéri, il l’avait même accompagné aux XBIZ Awards.
– Photos : Twitter

Mais depuis juillet 2018, plus aucun des deux ne poste de photos du couple. Et dans la récente interview que Sean a accordé au magazine DNA, il l’évoque par le terme  d’ « ex-boyfriend » sans donner les raisons de leur séparation.

7) « Dans 10 ans je serai… »
La profession d’acteur porno va rarement de pair avec toujours. Dans 10 ans, Sean déclare chez DNA qu’il se voit bien travailler dans la cybersécurité. Soit comme entrepreneur, soit comme employé. Le déclic a été le résultat des dernières élections présidentielles aux USA, aidé en cela par des mensonges relayés par les réseaux sociaux. « Les élections ont des conséquences. Les attitudes nationalistes et totalitaires sont en hausse dans le monde entier. Nous avons affaire à de nouvelles technologies qui nous impactent politiquement, socialement et économiquement. Je m’oppose à toute tentative de limiter les droits des femmes et de la communauté LGBTQ +. Tous ceux qui me suivent savent que j’en parle beaucoup et que j’insiste sur la nécessité de se familiariser avec les meilleures pratiques en matière de technologie de l’information et de cybersécurité. Je travaille actuellement sur un deuxième diplôme en cybersécurité. »

Tags
Montrer plus

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Aller à la barre d’outils