Actus LGBTSexy

Le champion Víctor Gutiérrez en ambassadeur de charme de La Palma

Le temps passe si vite qu’on en oublie certains hommes qui nous ont marqués par leur charisme et leurs engagements LGBTI. Lors des jeux olympiques d’été de 2016 à Rio de Janeiro, on ne s’était pas seulement focalisé sur la super star britannique du plongeon Tom Daley. Le viril Víctor Gutiérrez avait aussi retenu notre attention. Membre de l’équipe espagnole de water-polo, il avait fait en mai 2016 la couverture du spécial « santé et beauté » de Shangay en révélant son homosexualité « afin de briser un tabou dans le sport ».

À l’intérieur du magazine LGBT ibérique, il disait notamment ceci : « Il y a eu plus de soixante-dix agressions homophobes à Madrid jusqu’à présent cette année, c’est une réalité que nous vivons. Et presque aucun athlète ne se dit gay. En tant qu’athlète gay, je ressens la responsabilité de montrer mon visage. » Et moins de quatre ans plus tard, le beau mâle est à nouveau le cover-boy de Shangay pour un hors-série « tourisme ».

Shooté par le réputé photographe Joan Crisol, Víctor Gutiérrez devient l’ambassadeur de charme de La Palma, la plus humide et la plus boisée des îles Canaries. Une vidéo de la séance photo est sur Youtube… 🙂

Le hors-série de Shangay s’accompagne d’une interview. S’il constate que depuis son coming-out, un certain nombre d’athlètes ont fait de même, il reconnaît que personne de vraiment important dans le sport n’est sorti du placard. « Je pense que cela à voir avec le fait que beaucoup d’informations concernant l’homosexualité sont négatives. 90% d’entre elles ne parlent que d’agressions, d’insultes… Ce sont toujours de mauvaises nouvelles. Les gens se disent : ‘Je ne vais pas jouer ma carrière sportive et ma stabilité émotionnelle en faisant un pas qui, je le sais, peut me nuire’. Je pense qu’il faut beaucoup plus d’éducation pour que les choses changent. Surtout à la base. Les enfants gays, lesbiennes ou trans doivent ressentir que rien de mal ne peut leur arriver, qu’ils sont absolument normaux. Quant aux hétérosexuels qui vont stigmatiser ces personnes, tout est aussi question d’éducation. Dès leur enfance nous devons éduquer les garçons et les filles pour leur montrer que la diversité est une réalité. Si bien que lorsqu’ils seront adultes, ils verront un partenaire éventuellement trans comme quelqu’un de tout à fait normal. »
En parallèle à ses activités sportives qui, il l’espère, lui permettront de se qualifier pour participer aux jeux olympiques d’été de 2020 à Tokyo, Víctor Gutiérrez a obtenu des diplômes en journalisme et a suivi une formation d’éducateur dans la communauté de Madrid sur les questions LGTBI et la diversité.

PS : Fait prometteur qui tempère le constat de Víctor Gutiérrez que « personne de vraiment important dans le sport n’est sorti du placard » est survenu lors de la journée mondiale du coming-out, vendredi dernier. Le super champion américain Kerron Clement (33 ans) s’est ainsi exprimé lors d’un événement organisé par son sponsor Nike : « J’ai vécu ce que beaucoup de gens vivent, craindre d’être ce que on est. J’ai lutté avec ma sexualité pendant 17 ans. Au fil du temps, avec l’âge, on s’en préoccupe moins. Maintenant, il est temps d’être moi-même et d’être libre. C’est ce que je suis devenu, libre. »
– Photos : Instagram et Wikipedia

Double-médaillé aux jeux olympiques d’été de 2008 à Pékin – il a décroché l’or au 4 x4 00 m – et médaillé d’or aux 400 m haies lors des jeux olympiques d’été de 2016 à Rio de Janeiro, le sculptural athlète se prépare pour les jeux de 2020 à Tokyo.

 

r

Tags
Montrer plus

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Aller à la barre d’outils