Pinkx

« Alfredo Doesn’t Like Goodbyes » : Le témoignage d’amour porno gay d’un fils à sa mère décédée

Projeté dans différents festivals LGBT,  Alfredo Não Gosta de Despedidas (Alfredo Doesn’t Like Goodbyes) est depuis plusieurs jours disponible en illimité sur Pinkflix. Le film a même été le chouchou du Porn Film Festival de Berlin ! Autofiction émouvante et radicale, le film honore la mémoire de Madalena, la mère décédée d’André Medeiros Martins, le réalisateur. Un témoignage d’amour comportant des scènes porno presqu’exclusivement gays…

Dès ses premières minutes, le film affiche la couleur : André Medeiros Martins se fait enculer par un barbu blond décoloré. La suite se partage entre sex-tapes, performances, archives photographiques et monologues de Martins ou d’hommes et de femmes qui l’incarnent lui, mais aussi sa mère, son père, sa nièce et son mec. Et comme s’il fallait complexifier les choses, ce dernier est partiellement joué par Hudson Carvalho, le chéri de Martins dans la vraie vie.

Toute vie est complexe car s’y agrègent le vrai, le faux, les on-dit, sans oublier ses zones d’ombre. À l’origine du film, il y avait la volonté du réalisateur de donner une explication familiale à son obsession aussi bien artistique qu’intime pour les hommes et le sexe. Plus précisément il est persuadé que cette obsession est intiment liée à l’absence de sexe de sa mère, Madalena, décédée en 2009. Il croyait qu’elle était une femme prude et soumise. Mais en collectant différents témoignages, il dessine le portrait d’une femme avant-gardiste qui n’aurait peut-être pas été choquée par l’autofiction porno de son fils adoré.
Née en 1939, travaillant à São Paulo après ses études, elle fut éperdument amoureuse d’un homme.  On sait juste son prénom, Edgar, et qu’il était plus jeune qu’elle, ce qui était rare à l’ époque. « Son grand amour » l’aurait quittée parce qu’il lui reprochait de ne pas vouloir autant coucher que lui. À la trentaine, elle rencontre son futur mari et père de ses enfants, un bel homme, ancien footballeur. Mais après 10 ans de mariage et la naissance de deux filles, elle aurait découvert qu’il avait en parallèle une autre femme et au moins une fille. Une scène de ménage s’en est suivie et le couple a fait l’amour. Ce fut la toute dernière fois pour Madalena qui sera enceinte. Son fils André naît le 1er avril, « le jour des farces et attrapes« . Elle décède 28 ans plus tard sans avoir divorcé, mais en vivant loin de son mari. Elle subviendra en outre seul à ses besoins et à ceux de ses enfants. Une femme forte !

L’addiction au sexe de Martins compense-t’elle l’abstinence de sa mère ? Son mec est-il son Edgar ?
Le film est truffé de fulgurances qui remettent en causes les certitudes. Par exemple, pour illustrer un plan cul artistique, on voit le réalisateur et un mec se sucer et combattre. Mais André affirme que c’est une reconstitution avec un acteur strictement hétérosexuel. Que vaut alors un témoignage quand on a recours au faux ? Et ce qu’on voit ainsi que l’interprétation qu’on en fait ne sont-ils jamais qu’une facette d’une réalité toujours multiple ? Au fait, le Alfredo du titre est le chien du réalisateur. Quand son maître copule, il mate. Mais est-il vrai qu’il n’aime pas les « goodbyes » ? 😉

Alfredo Não Gosta de Despedidas (Alfredo Doesn’t Like Goodbyes), un film d’auteur brésilien à découvrir dès maintenant  sur Pinkflix !

Tags
Montrer plus

Articles liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
Aller à la barre d’outils