Porn Actu

La porn star gay Dario Beck séduite par l’extrême droite espagnole et son viril leader Santiago Abascal

Vilipendés, tagués, pilonnés… Les monuments symboles de la colonisation et de l’esclavage sont des cibles. L’ampleur qu’a pris le mouvement BlackLivesMatter depuis la mort de George Floyd n’a fait que raviver les attaques, aux États-Unis et ailleurs. À la grande indignation de certains, comme l’Espagnol Dario Beck. L’ex-exclusif de TitanMen et de Raging Stallion a été choqué par le déboulonnage d’une statue de Christophe Colomb en juin dernier. C’était au centre ville de Saint Paul dans le Minnesota (USA). Il a retweeté le post de Xente O’Rale, un gay madrilène passionné d’histoire, lui-même circonspect…

Xente O’Rale dit ceci : « Et ils pensent qu’ainsi l’ignorant changera quelque chose du passé ou de son avenir. L’histoire sera toujours là, quels que soient les efforts que vous ferez pour l’effacer. »

Dario Beck ajoute cela : « Cette foule ignorante, sans instruction et enragée, est l’image vivante de la xénophobie, de la haine et du vrai racisme. Ils détruisent des statues, brûlent des livres et attaquent ceux qui ne pensent pas comme eux. Je suis dégoûté par le racisme et la violence. »

Peu de réaction. Mais deux Internautes ne manquent pas de le contredire :
Valetin X. : « Moi j’adore ! Christophe Colomb était un meurtrier, un voleur, un promoteur de l’esclavage et propriétaire d’esclaves. Détruisez toutes les représentations et statues de cet horrible monstre. »
Neo Fox : « La “foule ignorante et sans instruction” a démoli un monument dédié à un homme dont la contribution majeure à l’histoire fut le génocide et l’esclavage. Ils démolissent des statues de personnes qui ont perpétué l’esclavage en se battant pour le conserver ! Comment le fait de se débarrasser des symboles du racisme peut-il être raciste ? »

L’un des traits caractéristiques de la com’ d’extrême droite, c’est de s’approprier les mots de la lutte antiraciste pour s’affirmer être les « vraies » victimes du racisme. En parcourant le compte Twitter de Dario Beck, on est dès lors aucunement surpris d’apprendre qu’il vote pour Vox. Fondé en 2013, ce parti d’extrême droite espagnol a pour leader Santiago Abascal. 

Marié à l’influenceuse Lidia Bedman et père de quatre enfants, Abascal (44 ans) est dans le genre musclé et barbu un archétype de séduction gay. Nombre de médias espagnols (comme ici et ou ) s’interrogent et plaisantent sur certaines de ses photos particulièrement homoérotiques postées sur son Instagram. Un vrai DILF ! Dario Beck est-il sensible à ce charme viril ?  Tout ce que dit le leader de Vox est en tout cas pour lui la Vérité ! 

Défense de « la famille naturelle », ambiguïté sur le sort réservé au mariage pour tous, dénonciation de la gay pride et du lobby gay, Vox est généralement perçu comme un parti homophobe. Ce que réfutent Dario Beck et Abascal. Ainsi la porn star a-t-elle retweeté un extrait d’une interview filmée où le leader de Vox rejette les accusations d’homophobie. La porn star reproduit trois phrases :
« Le drapeau des gays espagnols est le drapeau de l’Espagne. »
« Si j’avais un fils gay, je l’aimerais pareillement. »
« Chez Vox il n’y a pas d’homophobie, il y a beaucoup de gays. »

Un internaute prénommé Carlos fait toutefois remarquer à la porn star qu’à aucun moment le leader de Vox ne dit dans la vidéo « Si j’avais un fils gay, je l’aimerais pareillement ». Et il trouve que c’est gonflé d’affirmer qu’il n’y a pas d’homophobie chez Vox sachant les commentaires que certains députés du parti ont récemment publiés sur les réseaux sociaux. Et l’Internaute d’ajouter que c’est un parti « autoritaire ».
Dario Beck lui répond qu’Abascal a dit que s’il avait un fils gay il l’aimerait pareillement dans une autre interview : « Je n’invente pas, j’aime la sincérité, c’est pourquoi je suis pour Vox. »
Le prénommé Carlos insiste : Dario n’aurait pas dû mettre cette phrase en faisant croire qu’elle était extraite de l’interview filmée. Il y a donc manipulation ce qui est la même chose que le mensonge. Mais l’Internaute ne s’en étonne pas : comme les autres partis, Vox ment et manipule. Et de conclure que les propos d’Abascal sur l’absence d’homophobie dans son parti ne peuvent pas être la vérité car : même dans les partis les plus ouverts, même parmi des personnes LGTBI, l’homophobie persiste. »

Tags
Montrer plus

Articles liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
Aller à la barre d’outils