Actus LGBT

Fils d’un politicien nigérian homophobe, il devient en France un militant LGBTQ à portée universelle !

Il ne fait pas bon être gay, lesbienne, bi ou transgenre sur le continent africain. 🙁 Malgré des avancées notables au Mozambique, en Angola, au Botswana et au Gabon qui ont récemment dépénalisé l’homosexualité, le fait d’être une personne LGBTQ vous expose dans trop de pays à des arrestations et condamnations. Même le géant économique et culturelle qu’est le Nigeria pâtit d’une législation effroyablement LGBTQphobe – voir ici. Bolu Okupe, le fils du politicien homophobe nigérian Doyin Okupe, n’en peut plus de cette situation inhumaine qui s’accompagne en outre de beaucoup de mensonges et d’hypocrisie. Et c’est de France où il habite actuellement qu’il est devenu un militant LGBTQ à portée universelle. Il a fallu ce post du 20 janvier dernier…

Les nombreuses réactions qu’il génère au Nigeria, ailleurs en Afrique et bien au-delà ont propulsé Bolu Okupe porte-parole de la cause LGBTQ. En plus, ce qui ne gâche rien, il est bogoss…

S’agit-il d’un coming-out ? Non. Sur sa chaîne Youtube, il s’était déjà clairement identifié comme gay depuis novembre 2019. Seul ou accompagné d’amis et de connaissances, il apparaît dans des vidéos abordant des sujets légers, comme les préférences sexuelles, ou sensibles, comme la différence entre racisme et fétichisation.

Advertisement

Mais c’est incontestablement sa photo sexy avec ce simple commentaire « Yes I’m Gay as FK » qui a fait tilt. Comme quoi, plus que des mots, le choc des photos ! 🙂 Hier soir sur Instagram, il a tenu à exprimer plus précisément son intention : démonter les arguments des homophobes…

À ceux qui considèrent qu’être gay est un choix de vie et qu’il est contre-nature, il répond que lui et beaucoup d’autres personnes LGBTQ sont juste comme cela. « Pourquoi choisirions-nous intentionnellement ce style de vie alors que nous savons que nous serons ridiculisés et humiliés par la société ? »

À ceux qui brandissent la Bible et autres textes religieux pour fustiger l’homosexualité, il reconnaît que ce n’est pas faux, qu’on trouve effectivement des passages qui vont dans ce sens. Mais il fait remarquer qu’il y a beaucoup d’autres interdits dans ces textes et que ça ne gêne pas ces mêmes homophobes de les transgresser. « Comment se dire chrétien et appeler à ma mort. » Élevé dans le christianisme, Bolu Okupe continue de prier. Mais il s’est éloigné de cette religion trop « toxique pour la communauté LGBTQ et les femmes ».

Aux Africains qui affirment que l’homosexualité est une importation de mœurs occidentales dépravées, il leur demande de raisonner clairement et de se souvenir du camarade de classe efféminé qui était montré du doigt et moqué à l’école. Qu’est-il devenu ? Ne pas être dans la norme est une réalité humaine. Ce qui se passe maintenant au Nigeria et dans tous ces pays qui incriminent l’homosexualité, c’est que beaucoup de femmes sont en fait mariées à des gays qui ont une double-vie. « Je ne pourrais pas supporter cette vie fausse où la femme sert de machine à bébés. Aucune femme ne mérite ça. »

Aux hétéros qui ont peur de la différence, il en appelle à leur humanité : « Les LGBTQ ne font de mal à personne. Il faut cesser de les criminaliser. Ils ont aussi le droit de vivre sans avoir peur d’être tués. »

Montrer plus

Articles liés

Bouton retour en haut de la page