Actus LGBT

Décès le jour de la Saint-Valentin d’Ari Gold

« Jusqu’à ce que nous nous rencontrons à nouveau, cher ami. Sir Ari Gold, je t’aimerai toujours, Ru. » Par ce Tweet, Ru Paul a annoncé le décès d’Ari Gold le jour de la Saint-Valentin, après son long combat contre le cancer. Il venait de fêter ses 47 ans.

Gold fut l’un des rares artistes US de dance et de R&B à n’avoir jamais caché son homosexualité dès le début de sa carrière. Et cerise sur le gâteau, il était canon. Il ne se privait d’ailleurs pas d’apparaître torse nu – voire plus dénudé encore – sur les pochettes de ses disques, ses clips ou encore dans des magazines. Il avait même flirté avec le porno gay en apparaissant dans un rôle non-sexuel dans le blockuster Assassin de Michael Lucas.

Si la carrière musicale d’Ari Gold avait en fait commencé alors qu’il était tout gosse (il avait poussé la chansonnette sur près de 400 jingles et dans des séries télé pour enfants), c’est en novembre 2000 que sort son premier album Ari Gold et qu’en 2001, le single I’m All About You avec Dj Luck et Mc Neat atteint le top 20 britannique. Le clip tourné à Miami s’avère toutefois décevant sur un point : comme n’importe quel hétéro, Gold y mate une fille. Le chanteur a par la suite expliqué que c’était en fait un mec qu’il regardait avec convoitise mais que ça n’avait pas été retenu au montage. Les clips qui ont suivi furent ouvertement LGBTQ. Exemples :

Wave of You (2004)
la vidéo réinterprète les fameux In The Closet (Michael Jackson), Love Will Never Do Without You (Janet Jackson) et Cherisch (Madonna) réalisés par feu Herb Ritts.

Advertisement

Love Will Take Over (2005)
Le clip montre Ari Gold en tournée dans des clubs gays aux USA et en Europe.

Where The Music Takes You (2007)
Un dessin animé en tout point fantastique ! Réalisée Joe Phillips – créateur de comics à qui on doit les animés X gay The House of Morecock et Stonewall & Riot: The Ultimate Orgasm -, la vidéo transforme l’artiste en un héros venu de l’espace dont la mission est de répandre la couleur et l’amour dans un monde gris et fasciste à la Metropolis.

Human (2008)
Son cover du hit de Human League est illustré par ce clip onirique réalisé par Aaron Cobbett. Gold est transporté dans un monde qui mixe le petit chaperon rouge, la science-fiction et Pink Narcissus.

Make My Body Rock (2010)
Gold chante ce titre dans Assassin, le blockbuster multiawardisé de Michael Lucas, où il interprète le rôle – non sexuel – d’un chanteur dans un club de jazz. Le clip sert de bande-annonce au film qui a pour porn stars Michael Lucas, Adam Killian, Brad Star, Braxton Bond, Cliff Jensen, Drew Cutler, Junior Stellano, Rafael Alencar, Steven Daigle et feu Wilfried Knight.

Play My F**kn Record (2013)
Une parodie de l’industrie musicale avec comme figurants des personnalités LGBTQ comme Michael Lucas, Michael Musto et Manilla Luzon.

Sex Like a Porn Star (2015)
Une thématique qui fait écho à l’inoubliable Justify My love de Madonna.

Le 12 février dernier, lui et Ru Paul avait pu parler. Se sachant à l’article de la mort, le chanteur lui avait dit : « Dieu n’est-il pas fantastique, Ru ? » Ru Paul lui avait répondu : « Oui, absolument. »

RIP

Photo de mise en avant de l’article : Joe Oppedisano

Montrer plus

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page