Porn Actu

« Chéries-Chéris 27ème édition » : Focus sur ses séances « X gay / fetish porn »

La 27ème édition de Chéries-Chéris, le Festival du Film LGBTQI&+++ de Paris qui se tiendra du 20 au 30 novembre 2021, bénéficie d’une programmation riche en longs et courts métrages ainsi qu’en documentaires. Voici la bande-annonce

Il y aura aussi des séances spéciales, dont une programmation X gay / fetish porn interdite au moins de 18 ans qui attire toute notre attention.

 

DIMANCHE 21 NOVEMBRE À 22h15 & MARDI 30 NOVEMBRE À 10h00 AU MK2 BEAUBOURG
Projection de cinq réalisations

PISS OFF X
Documentaire de Henry Baker (États-Unis – 2021) – Durée : 20 mn
Athleticpisspig parcourt le monde en filmant ses rencontres avec d’autres amateurs de golden-showers dans les lieux publics. Reprise du Prix du Jury du court-métrage Chéries-Chéris 2019, ici en version non censurée.

Advertisement

Le réalisateur Henry Baker propose une immersion totale dans la pratique uro d’un homme dont l’incroyable quantité de ses vidéos témoigne d’un anticonformisme radical.

VENUS IN NYKES
Fiction d’André Antônio (Brésil – 2021) – Durée : 41 mn
« Chérie, il est encore venu me voir aujourd’hui. Je termine chaque séance plus secouée que la précédente. Parce que, contrairement à tous mes autres patients, il ne montre aucun malaise avec sa bizarrerie sexuelle. Au contraire. Je maintiens mon diagnostic : mélancolie aiguë et fuite de la réalité. Il plonge si profondément dans son illusion parfois qu’il s’imagine être une sorte de prophète. Comme s’il faisait partie d’une secte… »

Le réalisateur André Antônio joue tout à la fois le patient, fétichiste sneakers, et sa psy, incapable de considérer son fétichisme comme une pathologie. Elle commence même à partager son obsession. Une œuvre qui questionne la notion de normalité. 

RETURN OF THE LIVING SLUTS
Film expérimental de Mathieu Morel « interdit en Hongrie » (France – 2021) – Durée : 12 mn
La Digolle se propage, l’État tente de prospérer, la maladie fait des ravages. Guillaume Bouguepire, sur la colline à Rambârtres, anime une radio pirate et tente d’analyser le mantra des malades.

Dans Night of the Living Sluts, l’État nous prévenait : « Respectez le couvre-feu et soyez attentifs aux règles sanitaires. Votre État lutte pour endiguer la propagation de la maladie. À la nuit tombée, les contaminés sortent. Ils sont en quête de lubricité. La Digolle se propage dans la violence sexuelle. Le sang. Le sperme. La cyprine. Si vous sortez, si vous avez des rapports sexuels : vous allez crever. Les contaminés répondent à leur premier instinct. Si vous les approchez, ils vont vous violer. Vous allez crever. » Le premier opus et sa suite rappellent une vérité : le refus des carcans est en chacun de nous ; il est toujours susceptible de s’exprimer, quoi qu’il nous en coûte.

OINK !
Documentaire de Rob Eagle (Royaume-Uni – 2020) – Durée : 21 mn
S’appuyant sur des interviews enregistrées à Los Angeles et Berlin en 2019-2020, ce documentaire dresse le portrait d’hommes gays qui, de différentes manières, se rapportent à l’imaginaire sexuel « pig ». Il donne un aperçu de leurs expériences d’identité, de masculinité, de communauté, d’appartenance, de plaisir sexuel et d’intimité.

Financé par le Conseil de recherches en arts et sciences humaines, OINK! est un documentaire de recherche produit par le Dr João Florêncio (Université d’Exeter, Royaume-Uni) dans le cadre de son projet Masculinité et éthique de la porosité dans le porno gay ‘post-sida’.

CE QU’IL ADVIENT QUAND DE PAUVRES BEAUX HÉTÉROS POSTENT DES PHOTOS D’EUX SUR L’INTERNET
Court expérimental de Mathieu Morel (France – 2021) – Durée : 2 mn

Mais oui, qu’est-ce qu’ils deviennent ? 😉

VENDREDI 26 NOVEMBRE À 22h00 & LUNDI 29 NOVEMBRE À 22h05 AU MK2 BEAUBOURG

RAW ! UNCUT ! VIDEO !
Documentaire d’Alex Clausen & Ryan A. White (États-Unis – 2021) – Durée : 1h19mn
Alors que l’épidémie de sida fait des ravages dans la communauté gay, Jack Fritscher, le fondateur et ex-rédacteur en chef du magazine Drummer, et son compagnon, Mark Hemry, fuient San Francisco pour un ranch où ils y installeront un studio porno gay fetish. Voici l’histoire de Palm Drive Video, entre 1985 et 1997.

Conçu à partir d’images d’archives et de témoignages des participants, dont celui qui fut le fantasmatique Donnie Russo, ce documentaire raconte comment un couple gay a tenu compte, plus vite que des pionniers du porno gay, de l’épidémie de sida pour créer un label faisant la promotion du safe-sex.

 

Montrer plus

Articles liés

Bouton retour en haut de la page