Témoignages : Quand avoir un gros pénis pourrit votre vie amoureuse et sensuelle !

Témoignages : Quand avoir un gros pénis pourrit votre vie amoureuse et sensuelle !

Heureusement, il y a des solutions !!!!

« Grosse bite », « + de 20 cm », « 29 cm », « étalon », « surdimensionné », « pénétration profonde », « déchirant »… Les qualificatifs et expressions ne manquent pas pour super-héroïser nos porn stars, amis et amants qui sont dotés d’un pénis aux mensurations largement au-dessus de la moyenne. Baiser avec un « TTBM » est un honneur et l’on se doit d’être soi-même un « power bottom » qui sait « encaisser » ! Dans l’imaginaire collectif, la taille compte ! Mais le bonheur qui y est associé n’est pas forcément réalité. Répulsion esthétique, souffrance physique et troubles sexuels qui en sont consécutifs peuvent survenir. Diffusés il y a quelques semaines sur France Culture dans l’émission Les Pieds sur terre, les témoignages de Paul, 48 ans, et Sébastien, 29 ans, en font état. Écoutons-les…

Dans le cas de Paul, ce sont des critères esthétiques qui l’ont poussé à avoir recours à une réduction en longueur et en largeur de la taille de son pénis. Une intervention du Pr. Andrianne, urologue spécialisé dans la chirurgie de la verge au CHU de Liège, en Belgique. Paul est passé de 19 cm en érection à environ 8 cm.  
L’idéal de Paul en matière de taille de pénis est à la petitesse, celle qui sied aux hommes illustres et Dieux statufiés de la Grèce antique. Des historiens affirment d’ailleurs qu’en avoir une minuscule était alors un gage de respectabilité. En avoir une grosse était au contraire synonyme de bêtise, de laideur et de lubricité. ;-)

Dans le cas de Sébastien, la douleur qu’il ressentait quand son sexe était comprimé par des préservatifs trop serrés comme la peur de faire souffrir ses partenaires féminines l’ont conduit à aller au plus vite dans la saillie, à éjaculer précocement et au bout du compte à privilégier l’absence de pénétration. Grâce à la femme compréhensive avec laquelle il vit depuis quatre ans ainsi qu’à la découverte des études de genre, il va toujours plus loin dans une érotisation de son corps qui ne passe pas par sa bite : morsures de ses tétons, fortes stimulations superficielles de l'anus. Son étape ultime ? Se faire pénétrer et jouir de la prostate ! ;-)

Deux témoignages d’hommes qui se définissent comme hétéros. Sont-ils exceptionnels ou reflètent-ils un non-dit généralisé valable aussi pour les gays ?

Lire aussi

« Make Me Wet » : Andrew Christian renoue avec une publicité hot aux images léchées !
« Make Me Wet » : Andrew Christian renoue avec une publicité hot aux images léchées !

Portfolio : Demetris Kalogirou en bûcheron sexe pour la ligne « Jean Vol. II » de Modus Vivendi
Portfolio : Demetris Kalogirou en bûcheron sexe pour la ligne « Jean V...

Les Archives LGBTQI+ emménagent à Paris 5e
Les Archives LGBTQI+ emménagent à Paris 5e...

« À tout jamais » : Mylène Farmer irradie d’une sensualité ectoplasmique
« À tout jamais » : Mylène Farmer irradie d’une sensualité ectoplasmiq...

Newsletter

Pour rester informé je m'abonne !

Suivez-nous sur les réseaux

Facebook Twitter Instagram
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ces derniers permettent le bon fonctionnement de nos services.